Kimyoo… une ville remplie de mystère… que ferez-vous ou plutôt… comment réagirez-vous si un jour, une personne frappait à votre porte et vous annonçait qu’il était votre ange gardien ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un verre après l'audience [pv. libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Afaunglir Fëanor

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 28

» Informations
Âge: 25 ans
Ange Gardien de:
Protégé[e] de:

MessageSujet: Un verre après l'audience [pv. libre]   Mar 8 Juin - 11:31

-Non coupable.

Le silence. Pas un mot, pas un bruit, rien. Juste cette pression. Ce poids du regard des autres sur sa nuque. Il le sentait, c’était toujours comme ça. Et comme toujours, cette sensation était satisfaisante, exceptionnelle, quasi jouissive. Le silence éclata alors en dizaines de rumeurs, des murmures assourdissant. Ce bourdonnement dégageait autant l’incrédulité que la colère. Mais au milieu de cela, il y avait surtout de l’admiration. Aleister Scott se leva, et regarda en direction de son client. Celui-ci soupira, lui rendant un sourire chargé de gratitude. Une tape sur l’épaule du relaxé, un regard triomphant mais compatissant en direction de la partie civile, et l’avocat réunit ses affaires. Une fois encore, il avait plaidé avec brio, et l’homme à ses côtés fut innocenté. Se tournant enfin vers l’auditoire, il remarqua que la salle s’était vidée de moitié. Le même rituel l’attendait encore : sortir sous les applaudissements et les injures, noyé sous les questions des journalistes qu’il allait ignorer, se contentant de leur sourire. Le Victorien, comme la presse s’amusait parfois à l’appeler, était habitué à ces sorties théâtrales, bien qu’il les détestait. Mais le public avait soif de spectacle, et les tribunaux étaient les Colisées des temps modernes.

Il s’avança dans les couloirs blancs du tribunal, son porte-document sous le bras, un pas assuré, vêtu de l’une de ses chères tenues « so british ». Les robes que portaient ses confrères, il s’en moquait royalement. Il trouvait ça tellement faux jeton… Beaucoup l’avait critiqué pour cela, mais il rétorquait toujours que son habit ne l’empêchait pas de tenir un plaidoyer. Les portes. Et derrière… Les journalistes, évidemment. Ils étaient toujours aussi bruyant… Et ce soleil… il était si éblouissant… Il ne fallait pas rester longtemps ici, sinon sa peau allait brunir. Il tenta de se faufiler entre les gratte-papier quand une question l’interpella.


-Maître, vous venez d’épargner la prison à vie à un homme que tout accusait sur le seul fondement d’un vice de procédure minime. Ne vous sentez vous pas souillé? N’avez-vous pas l’impression de relâcher un assassin?


Sur le coup, Aleister s’arrêta, et se retourna. Il faisait face à une jeune journaliste qui tendait un magnétophone en sa direction. Les autres s’étaient tus, et attendaient la réponse. Son regard parcourut la foule, avant de se poser à nouveau sur la journaliste. Un sourire chaleureux se dessina sur ses lèvres.


-Mademoiselle, le grand principe de notre Droit est que nul n’est coupable à moins de prouver le contraire. Le vice de procédure, même minime, est un manquement au devoir des inspecteurs qui ont failli mettre un innocent derrière les barreaux. L’erreur n’est nullement permise dans ce métier. Cette différence peut conduire un être comme vous et moi derrière en prison. Après tout, qui dit que ce n’est pas vous, la coupable? Les pièces à conviction? Mais si leur origine est ne serait ce qu’un tant soit peu douteuse, on est en droit de douter de leur véracité, non?

La journaliste ne sut quoi répondre, et Aleister profita de la confusion pour s’éclipser après un signe de main. Le répit fut de courte durée, mais il eut suffisamment de temps pour fuir les médias.

Enfin, il avait pu se débarrasser d’eux. Sans la foule, il n’était plus le célèbre Aleister Scott, Avocat de renom. Il était un individu parmi tant d’autre. En l’occurrence, un démon. Afaunglir Fëanor. Tel était son nouveau nom. Il n’avait aucun souvenir de son identité en tant que vivant. Cette nouvelle appellation lui convenait donc parfaitement. Il était dans une ruelle sombre, comme celle où dorment les sans domicile, la nuit, à l’abri des regards des dandys. Cette fois, elle était vide. Au moins, le soleil n’agressait plus sa peau délicate. Il sentit sa gorge râpeuse, sèche. Il avait besoin de se réhydrater, et rapidement. Il s’empressa de rejoindre un bar alentour. Il savait que le lieu n’était pas vraiment bien famé, mais ici, il serait tranquille.

C’était un de ces bars à hôtesses, rempli d’hommes avides de luxure, et de femmes blasées qui se forcent pour vendre leurs charmes. Faire penser à leurs clients qu’on les désirait, tel était leur business. Le sien était de rendre innocent des personnes que tout accuse. Il s’installa au comptoir, défaisant légèrement sa cravate. Il sentit le regard des femelles se poser sur lui. Une forte excitation se dégageait d’elles. Elles ne devaient pas voir fréquemment un homme aussi beau, et leur bas instinct de femmes se réveillaient alors. Les hôtesses libres commencèrent à se parer de leurs plus beaux apparats, tandis que les demoiselles occupées tentaient de raccourcir leurs entretiens. Il les attirait énormément. La patronne s’approcha, et lui demanda ce qu’il désirait. Sa réponse fut courte et sans appel :


-Un whisky, avec un glaçon, mais sans phéromone.


La patronne fit un non de la tête à ses filles, qui, désolées, retournèrent à leur quotidien désabusant. Le verre ne tarda pas d’arriver, et Afaunglir en dégusta une petite gorgée. Ce moment était merveilleux, et on ne peut plus appréciable. Il ne pouvait pas se douter qu’il allait être troublé si rapidement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir Námo
† Modérateur †
avatar

Féminin Nombre de messages : 100
Age : 26

» Informations
Âge: 26 ans
Ange Gardien de: Ayame Omura
Protégé[e] de: /

MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   Mer 9 Juin - 9:32

Encore une journée d’errance, une journée sans intérêt, une journée morne qui amena un ange déchu à se rendre dans un bar à hôtesse miteux du bas quartier. Pour quoi faire ? Lui-même ne le savait, il avait besoin de boire, de se reposer dans l’ombre du bas quartier, sans ennuis, sans rien. Il n’avait plus eut de protégé depuis un moment et s’ennuyait, se sentait seul à errer dans les rues de la ville, comme un fantôme, un esprit n’ayant pas trouvé le repos, une errance qui lui semblait infiniment ennuyeuse et douloureuse.
Il arriva donc dans ce bar miteux avec ses beaux vêtements sombres et élégants, sa chevelure soyeuse, ses yeux dorés et perçants. Il était séduisant et en même temps ses yeux ne reflétaient plus rien. Il était vide de tout. Il vint au comptoir et s’assit mollement sur l’un des tabourets, désabusé il ne regardait même pas l’homme qui était à côté de lui, ni même les autres personnes présentes, hommes ou femmes. La patronne lui demanda ce qu’il voulait, il ne répondit pas tout de suite, tirant une tronche de trois mètres il avait des mouvements lents, comme un morts sortant de sa tombe et finalement il prit la parole d’une voix tellement neutre et monotone…


-Le plus fort que vous avez s’il vous plait…

Les filles derrières, les libres commençaient à se lever pour s’approcher de lui avec leur apparats les plus attrayants pour en profiter, il avait oublié de préciser qu’il ne voulait pas de ça, il soupira alors qu’une fille commençait à lui caresser le torse.

-Non merci mesdemoiselles…

Les filles le lâchèrent, ce géant désabusé qui ne demandait qu’à boire pour oublier son ennui, pour faire passer le temps, ça se voyait qu’il venait pour ça. Il se laissa tomber sur le comptoir en soupirant pour finalement attraper son verre qu’on lui avait servit et pour le boire d’une traite.

-la même chose…

Déjà un verre de but, qu’il en redemandait un… l’ennui était profond il en avait besoin, mais c’était tellement déraisonnable. Il tourna la tête vers l’inconnu au whisky, un homme « so british » dans son style, il lui paraissait peu net, pour un humain normal.

-Dure journée pour vous aussi ?...

Pourquoi demander ça ? pourquoi se douter de cela, que l’homme voulait s’isoler, et pourquoi le déranger, par ennui et parce qu’il avait remarqué la tenue de l’homme, pourquoi un homme qui avait l’air distingué et fortuné viendrait dans ce genre de lieu, surtout sans vouloir de fille, il devait être un peu comme lui… comme Dagnir notre ange déchu errant.

La porte du bar s'ouvre à nouveau quelqu'un d'autre entre, Dagnir tourne la tête pour regarder l'inconnu qui entre et à l'impression de reconnaitre une aura sans pour autant connaitre la personne... c'était peut-être l'alcool qui commençait à avoir de l'effet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arikaam.forumactif.com/
Archer Alucard

avatar

Masculin Nombre de messages : 20
Age : 43

» Informations
Âge: 19
Ange Gardien de: Miyoki Ningyô
Protégé[e] de:

MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   Jeu 10 Juin - 5:12

Le jour se lève encore, le jeune regarde le soleil mais ne pense à rien. Les choses seraient plus simple si il n'était pas ici, mais bon il devait rester dans ce monde qu'il n'aimait pas vraiment. Alucard passa la matinée à errer dans les rues croisant une multitude de personne, mais il se fichait bien d'eux. Rien dans ce monde n'avait d'importance à ses yeux, pourquoi? Simplement parce qu'il était ici depuis bien des années et ne savait pas si il recevrait un jour une mission.
Il avait eut une chance une fois mais avait vite été éconduit car il ne prenait pas soin de son protégé, et au final il fut déchu.
Alucard marchait l'œil morne n'aillant pas envie que l'ont vienne lui parler. Ses pas le conduisirent à coté du grand tribunal, un attroupement lui indiquait qu'il devait encore y avoir un jugement qui ne s'était pas passé comme la presse l'attendait mais il s'en fichait. Alucard passa les gratte papier pour continuer sa marche silencieuse, enfin il arriva dans les bas quartiers. Ici au moins rien ni personne ne viendrait le chercher, le jeune homme avançait dans ce coin ou la drogue ce marchandait à bas prix et les clochards étaient légion.
La vie d'un humain dans sa déchéance la plus complète, Alucard aurais pus être un démon mais il avait eut la chance d'être pardonner et de devenir un ange, même si il était déchu du fait de sa double personnalité. Il arriva devant un bar à hôtesse et y entra sans plus poser de question, son vêtement blanc et bleu faisait tache face à la noirceur des lieux mais il s'en fichait royalement.
Il avança doucement pour voir des femmes qui n'avaient pas d'hommes s'approcher, il ne dit pas un mot mais vira de suite leurs mains avant de venir s'asseoir au comptoir près d'un homme plutôt bien habiller dans le style anglais. Il ne lui parla pas mais commanda un whisky sec et le siffla d'une traite pour en demander un autre, il tourna la tête et remarqua un autre homme au cheveux d'argent. Il se disait qu'à eux trois ils faisaient tache dans ce lieux de perversion.
Alucard resta près de cet homme et le regardait un peu plus en détail, il le trouvait vraiment bizarre mais tout le monde dans cette fichue ville l'était un peu.


- Ce monde n'est vraiment pas bien non?


Fit-il doucement pour engager une conversation simple dans un lieux qui ne l'était pas avec deux personnes qui comme lui détonnait grandement dans un bar ou la perversion était de mise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afaunglir Fëanor

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 28

» Informations
Âge: 25 ans
Ange Gardien de:
Protégé[e] de:

MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   Jeu 10 Juin - 8:08

Le Whisky coula le long de sa gorge avec délicatesse, faisant ainsi passer la douleur, suite au long plaidoyer qu’il venait d’achever. Sa trachée meurtrie accueilli avec plaisir le liquide savoureusement anesthésiant. Il en fallait évidemment bien plus pour le rendre ivre, mais cette douceur était une libération. Comment un tel breuvage, capable de faire passer toutes les douleurs, tant physiques que morales, pouvait être si dangereuse pour le commun des mortels? Parce qu’ils étaient mortels, tout simplement, et qu’ils n’avaient pas la carrure nécessaire pour résister à ce genre de chose. L’éternité avait du bon, derrière son goût de cendre.

Alors qu’il philosophait seul sur la faiblesse humaine, Afaunglir fut interrompu par l’arrivée d’un autre homme, que l’ont pouvait lui aussi qualifier de beau, étant donné la population qui stagnait habituellement dans l’établissement. Il n’y eut rien d’étonnant donc que des filles se jettent sur lui. Toutefois, il les repoussa, poliment, avant de s’enfiler deux verres de « le plus fort » sans broncher. Le Victorien fut intéressé : quelqu’un pouvait-il remettre en cause son raisonnement sur la médiocrité des humains? Non, c’était trop louche. Un mortel, quel qu’il soit, est toujours guidé par ses bas instincts, surtout les mâles. Il ne peut faire exception à deux règles de bases de l’Humanité : faible résistance à l’alcool et aux femmes. L’individu lui adressa la parole, pour lui demander, désabusé, si la journée avait été dure.


-Pas plus qu’hier, et pas moins que demain. On fait c’qu’on a à faire, et une fois notre texte terminé, on quitte la scène. C’est drôle la vie, non?


Il souriait, toujours sans vrai conviction, mais avec un talent tel qu’on pourrait croire qu’il est honnête. Il sirota une autre gorgée de whisky, le faisant rouler sur sa langue, alors que la porte s’ouvrit de nouveau. Toutefois, même fermée, on eut l’impression que de la lumière entrait dans la pièce. Le démon se retourna. Erreur, la lumière était dans la pièce. Un pingouin aussi blanc qu’un bonhomme de neige, avec deux trois touches de bleu qui se démarquaient faiblement. Ses cheveux blonds parachevaient ce stéréotype d’ange, il ne lui manquait que des ailes et une auréole. A son tour, il se dirigea vers le comptoir, tout en repoussant des filles qui tentaient de se l’accaparer, lui et son argent, contre deux trois plaisirs interdits. L’individu préféra l’alcool, lui aussi. Mais lui non plus, aucun signe d’ivresse ne se fit entrevoir. Il posa lui aussi une question rhétorique, supposant que le monde n’était pas bon.

Le Victorien pouffait de rire. A les voir tous les trois, on aurait dit des morts de faim qui refusaient de manger un steak sous prétexte qu’ils étaient végétariens. Le steak proposé était des femmes libidineuses, et leurs légumes était l’alcool. Chacun se rassasie avec ce qu’il souhaite. Et ces trois là sortaient du lot. Décidément, aucun d’entre eux n’était normal. Il se redressa légèrement, et toisa l’homme en blanc du regard.


-Le monde n’est ni bon, ni mauvais, il est juste intéressant et totalement influençable. La parole d’un seul peut diriger tout le monde.


Puis, regardant l’individu aux cheveux longs, à nouveau :


-Comme je vous l’ai dit, c’est drôle, la vie. Il y a tellement de possibilités, et la limiter à ça
(Il montra les femmes, en visant plus précisément le bas de leur ventre) est si ridicule… Et j’ai l’impression de ne pas être le seul de cet avis. Faux?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir Námo
† Modérateur †
avatar

Féminin Nombre de messages : 100
Age : 26

» Informations
Âge: 26 ans
Ange Gardien de: Ayame Omura
Protégé[e] de: /

MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   Ven 11 Juin - 8:41

L’ange avait posé sa question sans faire vraiment attention et son interlocuteur avait répondu en souriant que la journée n’avait pas été plus dure qu’hier et le sera moins que le lendemain, on faisait ce qu’on avait a faire et c’était tout. C’était vrai, quand on avait quelque chose à faire c’était bien, mais Dagnir qui n’avait plus rien à faire, plus de protégé sur qui veiller, il errait comme une âme en peine et n’avait même plus aucune tache à accomplir pendant sa journée. L’ange ne répondit rien de plus, que l’autre personne entra dans la salle, un autre ange ? Possible, Dagnir n’arrivait pas à déterminer et il s’en moquait, il était habillé de blanc et était tout aussi élégant, refusa lui aussi les femmes et commanda un whisky en s’assit de l’autre côté de l’anglais. Un joli trio qu’il y avait là. Notre blasé se tourna de l’autre côté pour boire cul sec son second verre d’alcool fort et n’écouta pas ce que dit le nouvel arrivant, l’anglais avait répondu et pouffa de rire, ce qui fit retourner la tête de Dagnir vers lui. L’anglais se redressa à lui pour dire que comme il l’avait dit la vie était drôle, les gens la limitaient aux femmes alors qu’il y avait tant de possibilité et il annonça cette façon de faire comme ridicule ajoutant qu’il avait l’impression qu’il n’était pas le seul à penser ça. Dagnir se releva alors, arrêtant d’être avachi sur le comptoir pour regarder la bouche entrouverte, les yeux mi clos, l’anglais puis le blanc (pour ses vêtements).

-Je suis d’accord. Mais c’est la nature humaine, il y a certaines personne qui font exception à la règle bien heureusement.

Dagnir ne riait pas, non il n’ne avait pas la force, trop blasé, trop, il n’y avait même pas de mot pour désigner l’état dans lequel il se trouvait actuellement. Il ne put même rester trop longtemps redressé qu’il retomba lourdement sur le comptoir le front en avant pour laisser entendre un bruit assourdissant et court, assez important émaner du choc avec le comptoir. Il leva la main mollement pour demander un autre verre.

-La vie est d’un chiant… tellement ennuyeuse… les jours se suivent et se ressemblent trop, même pour le commun des mortels, et pourtant ceux là arrivent à vivre heureux… et ceux qui ne pensent pas qu’à ça sont comme nous, viennent dans des bars miteux, désolée patronne, pour « s’enivrer »…

Il leva la tête juste pour récupérer son verre et boire puis retourna contre le comptoir mollement. Que dire de plus que ça, c’était tout ce qu’il avait à dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arikaam.forumactif.com/
Archer Alucard

avatar

Masculin Nombre de messages : 20
Age : 43

» Informations
Âge: 19
Ange Gardien de: Miyoki Ningyô
Protégé[e] de:

MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   Ven 9 Juil - 7:55

Alucard regardait le fond du bar sans dire un mot quand son voisin le repris d'une voix presque chantante, Le monde influençable, il n'avait vraiment pas tort dans ce qu'il disait. Il se tourna vers une autre personne que l'ange déchu n'avait pas vue au départ pour entendre l'homme en anglais lui répondre une chose qu'il n'avait pas compris mais suivi son geste et regarda la direction du ventre des femmes présente en ce lieux.

Alucard ne s'intéresse nullement au plaisirs des humains, il vit l'autre personne tomber sur le bar assez mollement comme une poupée complètement désarticuler. son attention fut donc porter sur ce drrole de personnage qui parla avec un fort relent d'alcool. Il parla de la vie des humains et il fut un peu d'accord pour dire qu'il s'ennuyait aussi mais il ne releva rien car il n'avait rien à dire, du moins pour le moment..

Alucard repris un verre se disant qu'il était vraiment dans un monde qui ne lui plaisait pas mais bon c'était ainsi. Il continua son verre avec plaisir puis revint sur lla deuxième personne avec un sourire malsain il pris la parole.


-Vous êtes bien étranges et tout aussi fou que moi mais les choses son vraiment intéressantes si ont ce place du point de vue d'une personne non intègre, ce que je suis.

Aluard regardait l'homme au cheveux platine en disant cela, il releva le visage sur l'homme en style anglais lui souriant doucement.

- Les humains m'insupporte mais je vis dans ce monde, je fais avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afaunglir Fëanor

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 28

» Informations
Âge: 25 ans
Ange Gardien de:
Protégé[e] de:

MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   Lun 12 Juil - 12:41

L’homme aux cheveux longs s’effondra mollement sur le comptoir, commandant un nouveau verre pour remplacer son petit frère tout juste desséché par ce trou sans fond. Afaunglir n’avait pas compté quelle quantité d’alcool il avait descendu, mais la plupart des humains auraient été ivres à ce stade. D’ailleurs, il avait lui-même l’air totalement défoncé. Pourtant, sa main ne tremblait pas. Sa voix non plus. D’un timbre monocorde, il crachait son ennui, sa lassitude, au fur et à mesure de ses paroles. Bizarrement, il parla de « commun des mortels ». Drôle de manière de s’exprimer. Plus le temps passait, plus le Victorien se posait de question à son propos. Son verre arrivé, le trou le liquida, et s’effondra à nouveau, la bouche close, cette fois ci.

Le pingouin blond aussi semblait désabusé. Fort heureusement, il ne desserrait pas les dents, ce qui l’empêchait et de parler, et de boire. Au moins, il n’était pas aussi déprimant que l’autre. Mais il avait pensé trop vite… Attrapant un verre, le blond ouvrit la bouche et, à défaut d’avaler le contenu de son verre, il sortit lui aussi divers absurdités. Ses propos n’avaient ni queue ni tête. Humain totalement fou? Ou autre chose…? Décidément, ces inconnus l’intriguaient. Mais c’était tellement intéressant que montrer son malaise tout de suite aurait été dommage.

-Vous parlez comme si vous n’étiez pas comme tout le monde. Peut-être êtes vous des esprits malins qui sont là pour me détourner du droit chemin? Quoi qu’il en soit, créatures de l’enfer ou non, je vous paye un verre. J’aime bien rencontrer des gens hors du commun. Ce sont les petits détails qui rendent la vie un peu plus marrante.

Il fit un signe à la patronne, qui semblait agacée de les voir au comptoir à ne consommer que des boissons. Pourtant, son banquet était des plus alléchant! Mais non, ils préféraient l’alcool. Et ils faisaient fuir la clientèle : les demoiselles s’intéressaient plus à eux qu’aux clients, qui, lassés et vexés, quittaient les lieux en claquant la porte. Pour pallier à ce problème, la patronne voulait leur faire comprendre discrètement qu’il était temps de partir. Les verres, toujours au même prix, étaient moitié moins remplis que d’habitude. Quand elle les apporta, Afaunglir nota ce détail, avec une légère grimace.

-Je crois que nous ne sommes plus les bienvenus, Messieurs… Cela vous dérange-t-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir Námo
† Modérateur †
avatar

Féminin Nombre de messages : 100
Age : 26

» Informations
Âge: 26 ans
Ange Gardien de: Ayame Omura
Protégé[e] de: /

MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   Mar 27 Juil - 1:02

Dagnir entendait peu ce que l’homme en blanc disait, il était trop loin, et avachi sur la table, son oreille collée contre le comptoir c’était forcément plus difficile d’entendre. La seule chose que Dagnir remarquait c’est qu’il buvait lui aussi. Trois hommes buvant sans s’intéresser aux femmes présentes… Cet ange blanc annonça que ses deux comparses étaient aussi fou que lui, il ne supportait pas les humains, mais il faisait avec, décidément, que de propos contre les êtres humains, a croire que les trois ne l’étaient pas, c’était effectivement le cas, mais qui pouvait le savoir ? Même entre eux ils ne se savaient pas non humain. L’anglais fit d’ailleurs cette réflexion, qu’à les entendre on pourrait croire qu’ils n’étaient pas humains, l’un et l’autre, et il fit la supposition qu’ils seraient peut-être des esprits malins, mais peu lui importait, il aimait rencontrer des gens hors du commun et leur offrit un verre a chacun.

-Pas des esprits malin, on aurait aucun intérêt a trainer dans ces bars miteux, on chercherait peut-être des proies plus… alléchante que vous. Simplement des gens désabusés, détestant la vie, des gens hors normes.

Il se releva quand son verre arriva, son nouveau verre offert, et voyant le peu qu’il y avait il grimaça, autant que son voisin l’anglais qui lui fit la réflexion qu’ils n’étaient plus les bienvenus. Dagnir s’énerva et jeta le contenu de son verre sur la patronne en grognant.

-c’est pas notre faute si vos filles savent pas obéir. Vous n’avez pas le droit de nous le faire payer ainsi.

Menaçant, immensément grand, enfin il se retenait debout, droit, et regardait méchamment la patronne, qui déglutit, gênée par cette réaction. Il se retint, cracha sur le comptoir avant de se tourner vers ses deux comparses.

-Allons nous en d’ici. Au final on sera mieux, sans ses êtres qui nous harcèlent, et sans alcool.

A peine croyable que le plus pochtron des trois dise cela, et pourtant, il avait raison, ce serait mieux, mais où iraient-ils ? Qu’importe pour le moment Dagnir, en jetant un regard noir aux femmes, sorti des lieux sans vraiment attendre, et dehors, dans la rue, dans la nuit noire, il attendit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arikaam.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un verre après l'audience [pv. libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un verre après l'audience [pv. libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit verre après le boulot ! (Pv June & Caleb)
» Un petit verre après une longue journée de cours (PV Hagrid)
» Jour Après Jour [Libre]
» Un verre après une longue journée de travail. Ft Alexie
» [Libre] Après le premier badge...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† La ville de Kimyoo † :: - Urbs - :: Les bas quartiers :: ♠ Les bars-
Sauter vers: