Kimyoo… une ville remplie de mystère… que ferez-vous ou plutôt… comment réagirez-vous si un jour, une personne frappait à votre porte et vous annonçait qu’il était votre ange gardien ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'avais justement besoin que l'on vienne ici

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Jeu 8 Mai - 5:35

Le trajet se faisait long. Ou plus ou moins court en même temps. Il fallait dire que le silence qui se faisait présent entre Yoshii et Kaoru lui donnait l'impression que les secondes se transformaient en heure. Mais lorsque son regard s'absentait dans la ville de Kimyoo qui ne faisait rien pour l'ennuyer, les heures filaient comme des secondes. Abusif et énervant. C'était peut-être la seule impression qu'il avait en ce moment. Son regard retomba néanmoins sur ses doigts que Asano-kun avait réussit à frôler malgré le fait qu'il ne lui avait pas donner son autorisation. Mais peut-être que sa vie en serait ainsi à présent. Que Yoshii serait la personne qui ferait de lui tous ce qu'il voudra sans que Kaoru ne réussisse à lui dire non. Cela serait bien une première. Sauf si l'ange blond se mettait vraiment en tête de lui mettre des bâtons dans les roues. Cela était beaucoup plus distrayant.
Dans ce malaise, Kaoru eut alors tous de même le loisir de se dire que les choses auraient pu être pire. Yoshii aurait pu ne pas le croire encore alors qu'il semblait que son regard se faisait de plus en plus présent et de plus en plus conscient par ce qui lui arrivait. Ce n'était pas tous les jours qu'un homme se présentait devant vous en vous disant "Coucou, je suis ton ange, tu vas devoir me supporter". Un ange ne devait pas être là pour être supporter mais pour supporter l'autre. Le contraire devait s'y imposer alors qu'une toute autre situation venait de se produire.
Malgré cela, Kaoru ne pouvait que donner sa confiance à ce jeune homme. Il se devait de lui faire confiance alors que la tâche devenait de plus en plus rude. Plus les secondes passaient et plus il se rendait compte du pouvoir qu'il avait sur lui. Un seul regard lui suffisait pour lui faire perdre la notion du temps.

Devant son besoin de mettre des limites aux agissements de Yoshii, celui-ci lui répondit qu'il avait un aussi grand pouvoir que le sien. Si Kaoru avait le temps entre ses mains, Yoshii serait bien le premier à en bénéficier. Et il fallait dire qu'il avait raison. Yoshii le tenait dans la main. Cette situation était très désagréable à imager. Tandis que la radio de la voiture zappait sur un rap démoder, Kaoru sentit ses sens à l'afflue en se rendant compte que les mouvements de Yoshii à ses cotés se faisait de plus en plus proche. Aux creux de ses oreilles, Yoshii était entrain de l'engrainer dans un système qu'il refusait d'admettre. Kaoru n'était qu'un objet pour satisfaire une envie dont il ne parvenait pas à en saisir le but.
Les mots qui en suivirent teintèrent dans ses tympans alors que la proximité qu'engageait le jeune brun à ses cotés rendait l'atmosphère encore plus secrète et plus intime que jamais. A l'arrière du taxi, ils étaient seuls au monde. Le chauffeur n'oserait sûrement pas regardé par son rétroviseur tant il était déjà nerveux d'avoir 2 hommes dans sa voiture.

Un mince sourire s'étala sur ses lèvres alors qu'il imaginait bien la scène. Un frein qui se déclanche tandis que le chauffeur sortait de sa voiture pour leur demander de sortir immédiatement au risque de contaminer tous le quartier. Kaoru tourna son regard vers Yoshii qui semblait s'être rabattu contre sa portière alors que leur regard plongeait doucement dans l'autre.


Ce sont nos petits secrets pervers, évidement que personne ne devrait être mis sous la confidence... osa-t-il avant de jeter un regard sur le chauffeur.

Jouant le jeu, Kaoru se tut pourtant jusqu'à la fin du voyage. Sortant du véhicule en même temps que son protégé et claquant la porte le plus violement possible pour faire comprendre au chauffeur qu'il ferait mieux d'avoir un sens un peu plus commercial que cela, Kaoru suivit le jeune brun dans sa progression, un poil cote à cote. Si le jeune brun n'avait pas eu peur de frôler sa main pour s'être en plus rapproché de lui sur la banquette arrière le plus littéralement possible, il fallait dire qu'il n'était pas si asocial ni inhumain que cela.
La progression vers son appartement se fit aussi silencieuse et respectueuse qu'il ne devait l'être. Kaoru se fit bien de retenir le chemin depuis le parc public pour arriver jusqu'à chez lui. N'étant pas habituer à vivre dans une autre ville que la sienne, il fallait pourtant qu'il ait quelques repères pour se faire sa petite vie. Un coup de clé plus tard, la porte de son appartement situé au 7ème étage et pour numéro 66 s'ouvrit pour laisser place à un petit nid aisé. Malgré les tableaux frais qui décoraient le mur, Kaoru eut la dure impression que l'appartement ne lui servait qu'à vivre ... Et que celui-ci en lui même n'avait point de vie. Blanc et noir, les couleurs manquaient. Mais il fallait dire que le regard de Yoshii comblait bien tout le reste. Il referma la porte derrière lui, remarquant l'isolation remarquable qu'elle était.
Enlevant alors ses chaussures en hochant d'un signe de tête et d'un sourire chaleureux, Kaoru les rangea à la suite du jeune homme en pénétrant dans son salon avec une certaine gêne. Dans sa vie, il n'eut jamais l'occasion d'aller chez quelqu'un qu'il ne connaissait à peine. Mais les changements dans sa vie s'opéraient petit à petit et ils se feraient sûrement en compagnie du jeune homme. Un coté rassurant et pas rassurant en même temps.
Comment Yoshii pouvait-il inspirer une telle instabilité vers les autres? S'en était beaucoup trop intriguant ... Alors que le jeune homme disparaissait dans un naturel étonnant dans la cuisine pour leur préparer un café et lui demandant à la suite s'il pouvait tous lui raconter depuis le début, Kaoru fixa son regard sur lui en hochant la tête, hésitant à reprendre vraiment la parole.

Ils étaient seuls ...

L'ange blond se mouva alors à travers les sièges du salon, tournant autour sans pouvoir s'y assoire. Il n'était pas chez lui. Et pourtant, il faudrait faire comprendre à son protégé qu'il ne pourrait aller nul part sans lui à présent. Mais quel comble d'être dépendant de quelqu'un ... voila un sérieux inconveigniant d'être un ange. Il s'y ferait ... il était certain.


Un café ... c'est parfait ... murmura-t-il

Hésitant à prendre un ton détaché pour relater son histoire, il se posa contre un mur entre 2 étagères avant d'aller près d'une fenêtre, attendant que Yoshii revienne avec les tasses pour lui parler en sa présence. Il n'avait point l'habitude de parler dans le dos des autres, surtout quand le moment semblait beaucoup trop important. Kaoru avait juste besoin que Yoshii soit devant lui à cet instant.
Lorsqu'il entendit à nouveau les pas du jeune homme se rapprocher du salon, l'ange blond leva les yeux vers lui en le détaillant centimètres par centimètre. Pantalon droit, chemise cintré presque avec cette cravate libérée enfin de son col. La tenue parfaite du travail. Kaoru espérait qu'il savait s'habiller décontracte pour aller autre part. Il se rendit aussi compte que la maison n'avait aucun animal. Pas de chien, pas de câlins. Les yeux de Kaoru semblaient alors miroiter à l'égard de Yoshii. Que faisait-il ici?


J'ai mis du temps à comprendre que la vie était partie de mon corps. Peut-être 2 ou 3 ans ... mais j'ai été immédiatement appelé par une lumière ... relata-t-il alors que ses doigts glissaient sur le rebord de la fenêtre.

Dans un naturel tout aussi déconcertant, il se mit à revoir cette lumière alors que son visage exprimait sûrement la même chose.


Elle était si vive ... si pleine de vie. En la voyant, on aurait juste pu croire qu'elle était la beauté et le bonheur personnifié ... elle était parfaite. Alors je l'ai suivit et puis les choses sont très floues ensuite ... à vrai dire, à chaque fois que j'y pense, quelque chose m'empêche d'aller vraiment regarder les détails et surtout de le raconter je crois ... La seule chose dont je me souviens c'était votre visage.

Kaoru se décolla alors pour marcher doucement vers Yoshii. Le regard fixement dans le sien, il tendit la main pour aller cueillir son café dans les siens, frôlant plus que de simples doigts. Un petit courant circula alors ses poumons, illuminant alors son regard bleu pour se faire aussi clair qu'un beau ciel d'été. Quelques centimètres à peine le séparer de Yoshii tandis que la tasse chaude lui brûlait vivement les mains. Il se rendait compte qu'ils faisaient presque la même taille et qu'aucun des deux n'avaient à baisser ou à lever les yeux pour se regarder. Un miroir presque mais reflétant des opposés.

Et je vous ai choisit finit-il sans plus d'explication

Et pourtant son regard en disait bien long. Il ne savait comment il venait de passer d'une nature suspecte à une confiance débordante envers Yoshii. Son souffle aurait pu atteindre le sien tandis que son regard ne faisait que caresser les innombrables fois où il avait vu Yoshii de si loin ... ce visage qui se perlait dans les nuages et sa promesse de prendre soin de lui. L'ange blond fit alors quelques pas sur le coté pour aller à nouveau rejoindre sa fenêtre et son grand air.


Quand je disais que je risquais ma vie si je vous perdez, j'ai oublié de vous dire que je suis contraint de rester chez vous également ajouta-t-il
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Jeu 8 Mai - 7:03

Le bruit de la cafetière rythmait le blanc silence de la pièce. Une à une, des gouttes noires tombaient et s’écrasaient au fond de deux tasses blanches disposées côte à côte. Yoshii les effleura du bout des doigts, son autre main lui servant d’appuis contre le meuble blanc aux noirs tiroirs. Son souffle, qui avait pris une étrange cadence lorsque Kaoru était apparu à lui, reprenait une allure calme et apaisée. Un ange se trouvait dans son appartement, dans son salon, sûrement à souiller ses canapés qui n’avaient été habitué qu’à lui-même. Tout cela était étrange et dérangeant… et pourtant tellement excitant, tellement revigorant qu’il ne savait plus ce qu’il devait penser de Kaoru Sukinoto. Mais il avait beau songé qu’il se faisait peut-être avoir par un fou, une certaine confiance avait été attirée, aspirée par ses yeux clairs et il était presque certain qu’il ne pourrait plus la reprendre à présent. Saisissant les deux tasses, ses mains ne tremblaient pas malgré les ressentis chaotiques de cet instant et c’est d’un pas certain qu’il regagna le salon.

Surpris, Yoshii constata avec un regain d’intérêt pour cet ange que, respectueux, il attendait probablement son autorisation pour saisir le confort des fauteuils noirs. Adossé près de l’unique fenêtre de la pièce, qui donnait sur le quartier aux riches boutiques, il semblait soudainement quelque peu mélancolique, comme si la question qu’il lui avait précédemment posé l’avait plongé dans une masse hétéroclite de souvenirs insaisissable d’ici. Yoshii eut un fin sourire. Il était amusant de découvrir les ressentis de cet ange. Cependant, son visage redevint marmoréen au moment où il sentit le bleu regard de Kaoru glisser sur lui pour saisir plus en profondeur chacun de ses traits. Quelque peu irrité par ce côté un peu trop détailleur, Yoshii baissa légèrement le menton pour ne pas avoir à croiser quelconque éclat d’azure. Ce qui ne l’empêcha cependant pas de l’écouter lorsque, sur un ton qu’il ne lui connaissait pas encore, il reprit la parole, les rayons du soleil s’étalant sur son visage pour offrir à l’humain chacun de ses traits. Refusant ce cadeau, il s’approcha quelque peu d’un fauteuil pour s’appuyer contre le dossier, respectant le silence de la pièce pour le laisser poursuivre.

Alors, c’était donc vrai. Il y avait vraiment une lumière qui guidait les âmes errantes, celles qui refusaient de croire en leur absence de souffle, de vie… Ce devait être étrange. Surtout que, s’il en croyait l’ange, il ne savait rien de cette vie parallèle avant de mourir, celle qui s’étalait comme une évidence devant les yeux de l’humain à présent. Yoshii se surprit à se demander si le cœur de Kaoru battait encore... . Fronçant légèrement les sourcils, il reprit contenance et se redressa subitement, alors que le pas de Kaoru résonnait à ses oreilles. Pourquoi pensait-il aux ressentis de cet ange ? Ce n’était pas le moment d’éprouver une quelconque sympathie pour lui. D’ailleurs, il n’y avait pas lieu de le faire… maintenant ou plus tard. Yoshii enfonça son regard dans celui de Kaoru. Il était bien trop près. Que faisait-il ? Etait-ce un stupide teste de confiance qu’il lui imposait là ? Rien ne lui permettait ceci, même si l’ange l’avait choisi de lui-même, même s’il s’était souvenu de son visage malgré l’émerveillante lumière qu’il lui décrivait à l’instant. Rien ne lui permettait une telle approche. Il était temps qu’il comprenne qu’être son ange gardien ne lui permettait rien de plus ou de moins que les autres…

Mais avant même que Yoshii ne puisse le repousser, c’est avec une étrange délicatesse que l’ange saisit entre ses longs et fins doigts la tasse de café, effleurant sa propre main. Surpris par ce contact qu’il lui imposait, il recula légèrement la tête, son regard plongeant dans le sien plus en profondeur encore. Ce regard… ce regard qui s’éclaircissait à chaque fois qu’il tombait dans le sien eut le don de faire sourire Yoshii. Une lueur de perfidie éclairé son visage le cours d’un instant avant qu’il ne s’assombrisse aussi soudainement. C’était son regard. Puis il le déposait sur lui, plus il en était persuadé… Il lui appartenait. Kaoru s’écarta alors et ce n’est qu’à cet instant qu’il remarqua qu’il avait gardé sa main suspendu en l’air, les doigts refermés sur une tasse imaginaire. Secouant la tête pour reprendre ses esprits, Yoshii, sans détacher son regard de l’ange regagnant le rebord de la fenêtre, s’assit sur un fauteuil et porta sa propre tasse à ses lèvres, goûtant l’amertume de la boisson. Fatale erreur puisqu’il manque de s’étouffer avec le liquide brûlant en entendant la dernière phrase de l’ange. Lui ? Ici ? Tout le temps ? Yoshii du réunir toute sa volonté, et Dieu savait combien il en avait, pour ne pas se laisser à nouveau submerger par la colère. Il n’en était pas question. Autant parce qu’il savait qu’il haïrait cela que parce qu’il était évident que cela paraîtrait anormal.


- Je crains que cela soit impossible. Il paraîtra bien trop étrange qu’un homme vive avec moi alors qu’aucune femme n’ait pu mettre un seul pied dans cet appartement jusqu’à maintenant. Je ne tiens pas à éveiller l’agaçante curiosité des mégères de cet immeuble. Vous devez connaître tout comme moi les personnes aux moyens… elles sont avares de ragots. dit-il finalement, avec tout le calme dont il savait faire preuve. S’il le faut, je me chargerais de vous trouver un endroit où vous pourrez loger aisément dès demain… Ce soir, vous n'aurez qu'à rester ici.

Yoshii se releva alors, déposant son café sur la table basse. Une soudaine envie de se distraire quelque peu le saisit, oubliant par le biais de cette dernière l'évidence qui venait de lui tomber dessus bien qu'il avait tenté de la nier : Kaoru Sukinoto vivrait à présent avec lui, quoi qu'il décide. Et s'il allait insister pour le faire changer d'avis, ce n'était que par fierté... celle de ne vouloir pas se sentir contraint et forcé d'une chose si peu désirable. Lentement, d'un pas feutré, Yoshii s'approcha de l'ange pour se glisser juste devant lui, à une proximité semblable qu'il n'avait lui-même disposé précédemment. D'aussi près, il parvenait à saisir la finesse de ses traits et à observer sans retenu son nez pointu ombrageant le haut de ses lèvres blanches... Amusé, Yoshii sourit en s'aventurant un peu plus loin dans ses lagons bleus, son souffle chaud chatouillant le bas de son visage.

- Pourquoi ? souffla-t-il dans un murmure. Pourquoi avez vous vu mon visage et non celui d'un autre ? Pourquoi m'avoir choisi ?

Ses yeux s'assombrirent. Et s'il était une sorte d'élu ? C'en serait fichtrement amusant... mais en vu du regard de l'ange, cette idée s'écarta bien vite de son esprit. Tout ce qu'il voulait savoir, c'était pourquoi cet ange était venu à lui alors qu'il semblait déjà haïr bien des traits de son caractèrte, ce qui, soit dit en passant, ne l'étonna pas et, au contraire, l'amusait déjà. Il l'avait dit lui même... c'était lui qui l'avait choisi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Jeu 8 Mai - 9:52

Il semblait que la question et sa réponse intéressait vraiment Asano-kun. Et Kaoru n'avait pas à en être surprit car il en ferait sûrement de même. En plus de toute ses autres questions qui auraient pu frôler ses lèvres à cet instant. Comment était l'au delà, que ressentait-on? A-t-on la même sensibilité qu'un être humain comme le besoin de dormir, de manger ..? Tenant sa tasse entre ses mains, il savait que la porcelaine était aussi chaude que son contenu. Pourtant, il ne lâchait pas prise ... il sut alors que certains de ses sens n'avaient plus effets. Ressentirait-il les même effets du café, comme il avait pu en avoir avant? Ce goût subtil qui reste sur la langue et qui vous caresse à chaque fois que vous la passiez sur les dents ...

Comme pour en juger, il approcha la tasse de ses lèvres en sentant que Yoshii ne lui donnerait pas de répit après sa dernière phrase. Il comprenait aisément que le jeune homme pouvait tout de suite claquer les mains et le forcer à partir. Mais c'était impossible. Kaoru ne pouvait pas partir, il le savait et Yoshii n'aurait certainement pas du le toucher. Il savait qu'un simple contact des doigts pouvait établir quelque chose. Un lien, une relation qui allait bien au delà de tout entendement sur Terre. On lui avait expliqué que l'humain en question pouvait ressentir les doutes de l'ange et que ce dernier pouvait aussi en faire de même. En plus de devoir se côtoyer tous les jours, le protégé et l'ange pouvait aussi avoir un lien émotionnel ... et c'était sûrement ainsi qu'un ange pouvait très rapidement détecter un phénomène étrange qui pourrait porté préjudice à son protégé.
Ce dernier sembla alors fulminer en avalant une gorgée de café. Kaoru en fut légèrement surprit.


Vous savez, Asano-kun, si c'est le simple fait que vous avez peur de ne pas pouvoir me supporter, dites le franchement. Ce n'est pas là peine de remettre la cause sur des gens dont les moeurs ne vous occupent guère ... rétorqua-t-il légèrement irrité.

Il n'avait pas eu le temps de toucher ne serait-ce qu'une seule goutte d'un café qu'il sentait déjà délicieux. Un corsée, comme il les avait toujours aimé. Mais contrairement à une machine qui ne vous mettait que 10 ml de dose, la tasse était vraiment remplie ... un délice pour les narines. Mais sa langue ne put avoir de répit à cet instant. Kaoru reposa alors sa tasse sur une des étagères les plus proches. Il prit pourtant son temps pour voir que rien de très fragile n'y était déjà posé, des feuilles ou mêmes des CD. C'étaient des livres ... Yoshii devait avoir une culture énorme.
Il ne sut alors sur quel pied danser pour pouvoir l'appeler. A chaque fois que sa langue se tordait pour l'appeler par son prénom, son protégé le ramenait presque à l'ordre pour oser une politesse qui pouvait s'éliminer par de telles circonstances. Mais en même temps, il était clair qu'il était considéré comme quelqu'un de très indésirable. Et pourtant, il semblait claire que le jeune homme avait besoin de lui pour avoir quelque chose. Ce petit quelque chose que Kaoru avait si mal à définir. Mais Yoshii le lui avait avoué. L'ange était son atout. Aussi, il décida de jouer dessus pour pouvoir lui faire entendre raison. Quoi que de toute façon, ce soit bien la raison principale de son acharnement.


Si vous voulez que je sois votre ange gardien, il me faudra rester près de vous. Je ne peux pas me permettre d'être à des kilomètres de vous si jamais il vous arrivez quelque chose. Mais je tiens à vous laisser votre intimité et garder aussi la mienne. Il est de toute façon hors de question que je vous suive sous la douche.

Si le ton de Yoshii avait été calme jusque là, Kaoru s'efforça d'en faire autant. Mais au fond de lui, il ne pouvait s'empêcher d'être touché par cette marque d'inattention dont le protégé lui faisait preuve. Et si finalement il le laissait mourir? Après tout, il ne perdrait que sa morale et ses ailes blondes ... pour les troquer contre le remord et des ailes noires. Idée rejetée. Du bord de sa fenêtre, il suivit les mouvements du jeune homme qui venait de laisser tomber son café sur la table basse.

Un à un, il vit que ses pieds se dirigeaient vers lui tandis que son regard remontait doucement vers son visage. Cela aurait pu paraître tout à fait impoli mais Yoshii ne se retenait pas d'en faire autant. Ce fut comme s'il découvrait les caractéristiques physiques d'une personne à cet instant. Comme s'il s'agissait de la première fois qu'il voyait un autre homme que lui. Des cheveux bruns reflétant une couleur sombre indéfinissable mais pourtant bien naturel. Une mâchoire pointue soulignant le creux de ses joues qu'il n'avait vu que très rarement embelli par un sourire. Et pourtant, depuis qu'il l'avait vu, Kaoru n'avait eu le droit qu'à un seul sourire plus ou moins chaleureux. Tous ce qu'il voyait à présent était Yoshii ... son regard plongea dans le sien alors que la question fatale pointa le bout de son nez. Kaoru dut alors retenir son souffle, augmentant son rythme cardiaque. Pourtant, il fut plongé dans cette odeur de café qui émanait de ses lèvres. Un café qu'il avait vraiment envie de goûter à présent.

Pendant un moment l'ange blond se demanda pourquoi Yoshii le cherchait autant dans son regard. Le guettait-il ? Après tout, la réponse se faisait attendre depuis le début. Le fameux pourquoi. Pourquoi moi et pas un autre? Pourquoi d'ailleurs Kaoru n'avait-il pas choisit quelqu'un de beaucoup plus simple à protéger?

Kaoru dut faire un effort considérable pour déloger sa main de sa poche pour aller pointer son doigt sur le bout de la cravate toujours présente sur le torse de son protégé. Un frôlement. Un seul frôlement. Il savait qu'il n'avait pas besoin de faire plus pour éloigner Yoshii. Il baissa alors légèrement son visage pour reprendre une contenance perdue maintenant qu'il ne quittait plus son regard pour aligner quelques mots dans un silence parfait.


Parce que vous êtes vous et que je suis moi. C'est une évidence...

Kaoru se redressa alors de sa fenêtre, battant en retraite une main qu'il avait levée vers le jeune homme. Il semblait si proche de lui que l'ange avait l'impression d'être enivrée de café. Cette douce impression d'être réellement vivant ... comme à chaque fois qu'il buvait du café avant. C'était sa drogue et plus Yoshii parlait et se rapprochait d'une façon considérable, plus Kaoru lui demandait presque de continuer. Sa réponse avait été vague dans un naturel déconcertant. Pourquoi lui dire la vérité ou plutôt la lui dire si directement alors que Yoshii était loin d'en faire de même? Un secret pervers comme un autre.

Il fit alors un pas devant lui pour s'approcher de Yoshii. Sa main levée vers le bout de sa cravate avait pris le chemin de son front pour en écarter ses mèches qui retombaient sur son visage. Il put alors saisir la chaleur de son corps à cet instant là. Cette chaleur presque moite qui vous demandez de filer immédiatement sous la douche. Ce café le rendait fou, c'était la seule explication. Sa main se tendit alors en arrière pour saisir sa tasse et Kaoru s'éloigna sans préavis du jeune homme le laissant presque seul à l'autre bout de la pièce. Il savait qu'il n'allait pas se contenter d'une réponse aussi niaise mais l'ange avait besoin de le sentir un peu loin, sans être obligé de soutenir son regard à ce moment là.


Vous êtes mon exact opposé. Je voulais savoir si le dicton "les opposés s'attirent" était plus fort que "qui se ressemble s'assemble". Une simple expérience de plus, n'allez pas croire que je suis venu uniquement pour vos beaux yeux

Il porta alors immédiatement sa tasse à ses lèvres, prêt à boire et presque engloutir le contenu d'une traite. Et c'est ce qu'il fit en tournant le dos à Yoshii le temps de quelques secondes. Et pourtant, il dut reconnaître que les saveurs s'échappant des lèvres du jeune homme étaient beaucoup plus aromatisées que la simple tasse. Tournant les talons, Kaoru se rendit compte qu'il ne pouvait pas rester sur place à ne rien faire lorsque le jeune homme était dans la même pièce que lui. Comme une angoisse de ne plus se passer de son regard. Venait-il de lui faire un compliment par-dessus tout? Venait-il tout simplement de se vendre son âme à un esprit instable et machiavélique? Ses mains glissèrent sur ses cuisses entraînant une tasse plus que vide sur son chemin. Il prit pourtant garde à ne pas tâcher le sol.

Que faites-vous en rentrant d'une journée de travail ? demanda-t-il poliment en regardant vaguement la silhouette de son protégé

Il ne savait si cette question était personnelle mais il semblait que si Yoshii n'accueillait personne à la maison, il ne faisait pas grand chose de ses journées. N'avait-il point de connaissance assez fiable pour passer des soirées à jouer dehors, dans un bar ou à regarder un film à la télévision? Plissant les yeux vers Asano-kun, Kaoru se remit à marcher pour pouvoir poser sa tasse vide sur la table basse près de celle de son hôte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Jeu 8 Mai - 10:46

Etait-ce son cœur qu’il entendait battre aussi vite ? Une soudaine envie de déposer contre son torse ses doigts pour obtenir une réponse à cette question lui brûla l’esprit. Son souffle était si rapide. Il le sentait glisser sur le bas de son menton. Et c’est avec surprise qu’il remarqua qu’il pouvait sentir que Kaoru perdait presque ses moyens. Existait-il une connexion entre eux ? Etaient-ils liés par une quelconque volonté divine ? Yoshii sourit de travers alors qu’un des doigts de l’ange glissa près de lui, pour à peine effleurer sa blanche cravate. Mais il ne recula pas. Il resta aussi près de lui qu’il ne pouvait se le permettre. Pourquoi ? Simplement pour le sentir s’affoler encore ; simplement pour avoir le droit de revoir son regard. Lentement, dans un élan presque saccadé, il pencha la tête sur le côté alors que Kaoru baissait la sienne, cherchant à chasser son regard du sien. Ses mèches brunes retombèrent devant ses yeux et c’est avec une nouvelle décadence qu’il guetta les réactions de l’ange. Tout ses sens étaient en alertes. Il le savait ; il n’avait pas confiance en lui. Et peut-être avait-il raison.

Yoshii avait complètement ignoré les commentaires qu’il avait lancé à sa suite. Qu’il soit irrité ou non par ses propos, cela ne l’importunait guère. Kaoru ne voulait pas perdre la vie. Il puait cette évidence à des kilomètres. Et lui même ne voulait plus se permettre de perdre l’ange. Il les considérait donc comme quittes. Baissant son regard sur la blancheur de ses lèvres qui peinaient à bouger, Yoshii eut un faible sourire en pensant à sa dernière phrase. « Il est de toute façon hors de question que je vous suive sous la douche. » Ce n’était pas l’impression qu’il lui donnait à cet instant-là. C’était comme s’il lui suffisait de le toucher, de toucher son visage du bout de ses doigts pour qu’il se brise telle une brindille. Comment évoluerait cette relation qu’ils peinaient tout deux à créer, leurs caractères s’entre choquant de plus en plus violemment, Yoshii n’en savait rien. Mais…

Cela l’intéressait de plus en plus.

Visiblement, Kaoru était touché par ce qu’il venait de dire. Et ce fut sûrement la raison de son ton soudainement plus sec et de la maigre réponse qu’il porta à sa question. Maigre réponse qui eut d’ailleurs don de frustrer Yoshii. Il fut très visiblement irrité par ce manque d’intérêt pour un sujet qui lui semblait pourtant bien plus important que quoi que ce soit d’autre. Parce qu’il était lui ? Mais cela, il le savait déjà ! Quel crétin cet ange ! Comment voulaient-ils qu’ils se supportent ne serait-ce le temps d’une soirée ? Il ne fallait pas s’étonner qu’il cherche à se débarrasser de sa présence pour un temps en lui trouvant un autre logis ! Rah, les anges ! Et voilà que ledit Ange s’approcha soudainement de lui, dans un revers de fortune qui le cloua sur place. Le cœur s’accélérant étrangement, si étrangement que Yoshii aurait bien voulu le balancer par la fenêtre pour oser s’exprimer ainsi, il ne réussi à faire un mouvement de recule pour contrer l’avancée de Kaoru qui tendait déjà une main vers lui. Non. Il n’oserait pas le toucher, lui qui prétendait dans chacun de ses phrases le connaître déjà. Il saurait qu’en faisant ça… il créerait un lien quelconque.

Pourtant, l’ange ne se gêna pas, au contraire de ce à quoi Yoshii s’attendit. Ses doigts effleurèrent sa peau, écrasant au passage quelques gouttes de sueur qui étaient perlées sur son front. Lentement, presque délicatement, il repoussa ses mèches éparses pour les placer en arrière et ainsi dévoiler à ses yeux bleus l’entierté de son visage. L’humain ne réussi qu’à froncer les sourcils pour exprimer ne serait-ce qu’un minimum qu’il était offusqué par une telle approche. Comment osait-il ! Comment osait-il… se prendre à son jeu. Ses traits, tout comme ses muscles, se tendirent, se raidirent. Il aurait bien voulu reculer mais ses pieds semblèrent soudainement bien ancrer dans le sol. Rougissait-il réellement à cet instant ?

Et avant même que Yoshii ne puisse dire quoi que ce soit, Kaoru s’éloignait déjà, comme si ce qu’il venait de faire ne faisait que rimer avec la banalité. Ce qui eut pour don d’irriter encore plus l’humain qui ne trouva comme autre solution pour masquer sa gêne d’ouvrir la fenêtre. Un courant d’air frais s’engouffra dans l’immensité de la pièce, venant bercer quelques pages de livres ou caresser les rebords d’un tableau. Il caressa sa joue, contourna ses auréoles roses avant de les éliminer complètement, entraînant derrière lui une nouvelle impassibilité, presque dure. Il n’accorda plus un seul regard à la silhouette de l’ange, s’accoudant sur le rebord de la fenêtre. Ses lagons marrons s’attardèrent un long moment sur deux femmes languissant devant les boutiques de luxe, imposant de cette manière un silence qui dura longuement. Yoshii n’avait pas écouté les dernières paroles de l’ange. A vrai dire, il était encore bien trop vexé pour accorder à cet instant un quelconque intérêt au pourquoi du comment.

Après un instant, alors que ses jambes commençaient à s’indigner de son immobilité pesante, Kaoru reprit la parole en lui posant une question qui le surprit quelque peu. Que pouvait-il en avoir à faire ? Sans compter que cela ne le regardait en aucun cas. Yoshii se décida alors à répondre le plus bêtement que possible… pour le pousser d’une place qui n’était pas la sienne.


- Je vais me détendre chez des femmes.

Yoshii soupira et s’affaissa un peu plus contre le rebord, oubliant toute contenance.

- Bien… puisque je n’ai pas le choix, laissez moi vous faire découvrir v… l’appartement.

Allait-il réellement dire « votre chez vous » ? Se maudissant intérieurement de perdre petit à petit de son insensibilité, Yoshii se redressa complètement et alla reprendre sa tasse de café. Ce n’est qu’alors qu’il constata que celle de Kaoru était vide et que son regard était à nouveau déposé sur lui, avec une insistance qu’il ne tolérait plus. N’hésitant pas à lui tourner le dos, il porta sa tasse à ses lèvres et se dirigea vers la cuisine. La, il alluma la lumière et sans dire quoi que ce soit – il n’était pas question de se rabaisser à faire le guide ! – traversa la pièce pour ouvrir une porte donnant sur une chambre à coucher.
- Cette pièce ne m’a jamais servi à rien mais m… Enfin, qu’importe. Ce sera votre chambre.

Allumant la lumière, la pièce s’éclaira subitement, d’une lueur presque douce tant elle était agréablement faible. Elle était meublé aussi simplement que l’appartement, aux couleurs blanches et noires, mais bien garnie. On pouvait y compter une armoire, un lit, une télévision et diverses décorations ou autre technologies dont Yoshii ne se servait jamais… Restant sur le pied de la porte, il laissa tout de même à côté de lui un espace suffisant pour que Kaoru puisse pénétrer dans la pièce sans même avoir à le frôler. D’ailleurs, il n’était plus question qu’il s’approche.

- Vous serez en paix ici. On n’entend aucun son provenant du quartier… à moins d’ouvrir la fenêtre, bien entendu. Et… enfin, je vous laisse découvrir par vous-même. Faites comme chez vous, puisque je n’ai pas le choix.

Et sur ce ton dur et sec, Yoshii pivota sur ses talons pour s’éloigner de l’endroit et laisser à Kaoru le loisir de prendre ses aises. Qu’est-ce qu’il pouvait l’énerver celui-là ! Il avait encore tellement de choses à demander et il avait fallu qu’il lui fasse perdre tous ses moyens… Quelle enflure ! Voilà qu’il devait reprendre ses esprits… comme s’il n’était pas déjà assez éprouvant de les perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Ven 9 Mai - 3:34

Ce fut alors un courant d’air froid qui le surprit, l’obligeant à regarder autre chose que Yoshii à cet instant. En plus du silence irritant qu’il avait installé, l’air frais le froissait considérablement dans sa position. Il savait que l’humain n’était pas forcément content de sa réponse mais pour le moment, Kaoru n’était pas apte à lui en dire plus et se dévoiler impunément au point de se trahir.
Lui faire confiance ou pas ... Telle était la question. En temps normal, ce genre de question n’était pas à se poser ...La confiance et l’amitié s’installait progressivement. Mais depuis le début, les 2 protagonistes voulaient à tous prix tout savoir de l’autre. Alors comment instaurer une paix quand 2 personnages tout à fait différent se côtoyaient comme chien et chat?

*Difficile mais pas impossible ...* dirait-il en temps normal.

Sauf que plus rien n’était normal à présent.
Kaoru l’entendit répondre à sa question dans un ton aussi sec qu’il n’en avait usé auparavant. Le genre de question qu’on devrait tous éviter de demander si on ne voulait pas envoyer l’autre au loin. Il ne pouvait pas se blâmer d’avoir oser demander une telle chose... mais à présent, il en voulait presque à Yoshii de lui dire une chose pareille.
Même en étant aussi loin, son ton laissait transparaître une haine sans nom et une distance qui devenait aussi grande qu’un gouffre. Le simple fait que Yoshii lui apprenne qu’il allait voir ailleurs pour assouvir quelques pulsions le mit mal à l’aise. Il aurait tout fait pour ne pas avoir ce genre de détails. Après tout, il ne se connaissait qu’à peine ... Tournant son visage contre un mur blanc dégarnit de tout portrait, Kaoru avait peine à ne pas serrer ses poings dans un élan qu’il ne comprit guère. Yoshii se permettra-t-il de continuer ce genre de chose devant lui? Il venait pourtant de lui promettre qu’il lui laisserait son intimité mais à vrai dire il n’avait pas pensé à ce problème. Kaoru était-il apte à rester de marbre devant un quelconque appartement en attendant que le jeune homme eut fini de faire hurler son prénom à une jeune femme?

Ce fut alors un élan de possessivité qui l’empara, l’obligeant à calmer la fureur qui régnait dans son regard. Fort heureusement, le jeune brun était beaucoup trop loin pour s’en apercevoir. De toute façon, il semblait bien trop occupé pour reposer sa tasse sur la table basse.
Relâchent alors la pression qu’il se mettait sur ses épaules, Kaoru se mouva pour le suivre dans sa progression. Le fait qu’il ait à lui dire qu’il n’avait pas le choix le plomba d’avance pour la soirée. Ce simple mot eut le don de l’irriter à son tour, comme si le protégé remettait une partie de tennis. Le fait de se relancer pour on ne s’est quelle raison. Leur caractère embrasant était fait pour ne pas s’entendre pour le moment.
L’invitant alors à le suivre, Kaoru se fit guider silencieusement à travers l’appartement plutôt bien fait pour quelqu’un qui vivait seul. Il fallait dire que Yoshii ne s’était pas compliqué avec les couleurs en optant pour des tons anciens, comme si le temps s’était arrêté. L’ange blond découvrit alors la pièce où il allait pouvoir dormir. Une chambre d’allure très confortable, un lit central où tout le reste s’agençait parfaitement à son goût. Si cette pièce ne lui avait jamais servi, Kaoru était bien parti pour en profiter. Soudainement, il fut presque heureux de voir qu’il n’allait pas dormir dans le placard de la cuisine.

Se rendant compte que Yoshii s’était presque collé sur l’embrasure de la porte pour le laisser passer sans qu’ils aient besoin de frôler ne serait-ce qu’un bout de tissus, Kaoru entra dans une pièce qui était bien loin de sentir le renfermer. Il l’aimait bien à vrai dire ... mais une seule question menaçait de traverser ses lèvres. Et son protégé ... où dormirait-il?
Mais se retenant de dire une telle stupidité, il se contenta de lui tourner le dos alors que ses pas s’éloignaient de la porte. Kaoru paniqua alors presque, se demandant pourquoi il venait de quitter la pièce dans une telle hâte. Relevant alors la tête avec une rapidité extrême, Kaoru tourna les talons en rattrapant Yoshii dans la cuisine alors que ses mêmes mots venaient à nouveau de traverser ses lèvres. “ je n’ai pas le choix ”.


Asano-kun ! murmura-t-il poliment en plongeant un pas dans la cuisine.

Il espérait qu’il l’entendrait. Qu’il n’était pas parti trop loin et le simple fait de le sentir beaucoup trop loin lui fit accélérer le rythme de son coeur qu’il n’avait jamais prit le temps d’entendre avant. Les liens s’étaient-ils déjà crées au point de ne plus pouvoir être trop loin de lui? Kaoru devait se maîtriser à tout prix.


La chambre est vraiment accueillante, je vous en remercie lâcha-t-il calmement en maintenant alors une posture droite, son regard reflétant une sincérité.

Car même en ayant pas le choix, Yoshii se montrait être un bel hôte. Pourtant, le simple fait de ne pas avoir le choix lui montrait que Kaoru lui imposait une situation que son protégé n’avait pas choisit. Non, ce n’était pas Yoshii qui avait décidé de le prendre comme ange gardien. Kaoru avait tout décidé tous seul et il se demandait bien comment le jeune brun allait à présent pouvoir gérer sa situation. Ou plutôt leur situation. Car malgré tout, ils étaient à présent deux.
Kaoru hésita alors à faire un autre pas dans la cuisine, voulant à tout prix réduire à néant la distance qui s’imposait entre lui et son protégé. L’envie de caresser ses traits démangeait ses doigts mais il dut les fourrer profondément dans la poche de son pantalon pour ne plus avoir à les ressortir sans raison.


Et si je nous préparais à manger? Vous pourriez faire ce que vous avez à faire pour votre boulot ou vous reposer un peu ... qu’en dites-vous ? demanda-t-il soudainement

Il supposait ainsi que Yoshii n’avait pas forcément envie de sortir pour perdre son temps précieux avec lui alors qu’il devait probablement avoir beaucoup de chose à faire. Et malgré le vent qui circulait alors faiblement dans la maison, Kaoru fut alors victime d’une chaleur sans nom qui lui donnait presque le tournis. Pourquoi Yoshii venait-il de lui tourner le dos ainsi?
Ce ne fut pas la peur qui s’empara alors de lui mais une envie soudaine d’éclater de colère et de haine qui vint frôler ses lèvres. Le simple fait d’être considéré comme un objet que l’on traite vraiment comme un poids sur le dos. Ce choix, celui que Yoshii n’avait pas eu lui donnait l’impression qu’il s’obligeait vraiment à faire toutes ses choses à contre coeur. S’il en avait un.


Mais je suppose que vous sortez ce soir murmura-t-il rageusement en évitant de penser à cette autre femme qu’il irait sûrement voir pour s’aérer l’esprit.

Pas que Kaoru lui en voulait d’avoir du désir. Il n’allait sûrement pas avoir un jugement pareil. Mais le simple fait qu’il puisse en toucher une autre lui fit à nouveau monter son obsession à jour. Car si Yoshii le voulait d’un simple ange à ses cotés, il était clair que ce dernier ne voulait pas que d’un simple humain mais de Yoshii.
Il se rendit alors compte qu’il passait lui même de paroles presque charmantes à une agressivité qu’il ne s’était pas connu jusqu’alors, le permettant d’oser lui parler et le pointer sur un sujet personnel qui était loin d’être le sien. Puis finalement, qu’en avait-il à faire s’il allait danser sur une femme banale pour le simple plaisir? Virant alors son regard vers Yoshii, osant le chercher quelques secondes dans ses prunelles marron, Kaoru se décida à enlever ses mains de ses poches pour s’agripper à la poigné de porte. Pourquoi, il n’en savait rien. Il avait juste beaucoup trop chaud. Et ce n’était sûrement pas à cause du café. Quelque chose lui demandait de rester calme face aux réactions de Yoshii tandis qu’une autre lui demandait d’être rebelle, voir même violent pour lui faire entendre une raison stupide.

Comment trouver un juste milieu dans cette affaire? Etait-ce nécessaire finalement de devoir changer pour quelqu’un qu’on ne connaissait à peine mais par simple pression? Et si Kaoru n’était pas prêt à laisser tomber sa soudaine rancune à cet instant, Yoshii serait sûrement la première personne à le remettre en place.
Il respira alors profondément pour aérer des poumons qui menaçaient d’exploser. Il ne devait pas s’énerver, surtout pour rien ... son protégé n’était pas à lui. C’était lui le dominé, pas le contraire. Dur à avouer. Kaoru eu alors du mal à ne pas faire demi-tour pour s’enfermer dans la chambre en claquant la porte. Tout en lui respirait alors une instabilité qu’il devait calmer, mais sûrement pas devant les yeux de Yoshii. D’ailleurs, depuis sa soudaine annonce de sa vie privée, Kaoru n’avait même pas cherché à l’approcher, ni à le regarder outre mesure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Ven 9 Mai - 11:32

Que devait-il faire ? Comment devait-il se comporter ? Jamais Yoshii ne se serait imaginer, hier soir, en s’endormant, qu’il se retrouverait le soir-même avec un homme dans son appartement ; qui allait qui plus est y loger pour une durée inconsidérablement longue. Devait-il se montrer plus… agréable ? Devait-il réellement changer pour que la vie qu’ils allaient devoir former ensemble soit plus simple… plus vivable, tout simplement ? C’était complètement stupide ! Cela allait envers et contre tous ses principes ! Décidément non ; il ne pouvait pas changer, même s’il s’agissait là de son ange gardien. C’était toute simplement une question d’honneur. Freinant le pas, Yoshii s’arrêta dans l’embrasure de la porte qui séparait le salon et la cuisine. Pourtant n’était-il pas là pour le protéger ? Ne lui devait-il pas pour ainsi dire un respect qui lui imposerait une minimum de gentillesse ? Mais il était si agaçant ! si énervant ! Comment pouvait-on se radoucir devant un être aussi buté que ne l’était Kaoru ! Et pourquoi se remettait-il en question ? Il n’avait pas à douter de lui. Non ; s’il était comme ça, c’était bien parce qu’il avait ses raisons. Et que cet ange s’appelle Kaoru et ait un joli minois ou non, rien ne devait y changer.

Coupant court à sa chaotique réflexion, Kaoru l’interpella et son cœur bondit dans sa poitrine. Peut-être d’étonnement, peut-être d’autre chose ; il n’en savait rien et ne voulait pas le savoir. Que lui voulait-il encore ? Ne pouvait-il pas s’énerver comme toutes personnes normalement constituées du caractère irritable de son hôte et claquer la porte pour ne ressortir de sa chambre que le lendemain ? Yoshii glissa ses doigts sur le bois blanc de la porte et s’y appuya, sans se retourner. Il ne voulait plus lui faire face, du moins pour l’instant. A vrai dire, il avait du mal à digérer sa précédente approche. Cependant, le ton qu’employa Kaoru lui fit relever le menton, et c’est surpris qu’il glissa le regard vers la gauche, sans bouger la tête, pour tenter d’apercevoir un petit bout de sa silhouette. C’est qu’il pouvait être mignon, celui-la, quand il s’y mettait…


- Je vous en pris… murmura-t-il simplement, le timbre de sa voix quelque peu voilé.

Yoshii se redressa alors, s’apprêtant à rejoindre le salon pour se mettre au travail. Chose qu’il aurait du faire il y a des heures à présent. Soupirant à nouveau, il tenta un pas en avant mais fut bloqué par une nouvelle proposition, sur un ton tout aussi chaleureux, de la part de l’ange. Surpris une nouvelle fois, il peine à ne pas se retourner mais tint bon. Que lui prenait-il subitement ? Etait-il matérialiste au point de changer son avis sur lui une fois la chambre offerte ? Probablement pas, du moins n’osait-il pas se l’imaginer. Alors pourquoi se montrait-il aussi tendre soudainement, alors qu’il lui avait parler sèchement en inventant une quelconque excuse de femmes pour détourner une question indiscrète ? Yoshii tourna légèrement la tête sur le côté, démontrant ainsi à l’ange son profil, de sorte à ce que lui-même puisse apercevoir les contours de sa silhouette plus nettement. Une à une, des mèches éparses retombèrent devant ses yeux.


- Ce ne sera pas la peine… Si vous le voulez bien, je vous invite au restaurant ce soir. Je crois que nous avons beaucoup de chose à nous dire… bien qu’il nous faudra nous reposer un peu avant. Du moins dois-je reconnaître en avoir besoin … ce n’est pas tout les jours qu’un ange apparaît devant vous. Je vous propose de faire comme chez vous en attendant… je vais travailler un peu.

Il mis à l’épreuve dans ce ton employé toute la gentillesse qu’il était capable d’user, donc peu mais ce fut tout de même un effort notable. Yoshii espéra que Kaoru accepterait sa demande… il avait encore tant de choses à apprendre, bien qu’il peinait à se l’avouer. Il tenta alors de faire un nouveau pas en avant mais un autre commentaire de l’ange le cloua sur place, et c’est avec un petit sourire en coin qu’il l’accueillit. Alors, Kaoru l’avait vraiment cru ? Cela prouvait qu’il avait encore du chemin à faire pour savoir qui il était réellement. Ce n’était pas plus mal. Ceci dit… c’était amusant de sentir, ou plutôt d’entendre dans sa voix que cette nouvelle l’avait agacé. L’ange serait-il possessif ? Un atout de plus en sa faveur…

- Sukinoto-san… vous me connaissez bien mal. Déclara-t-il en regagnant le salon.

Après un petit coup de l’œil à l’horloge murale qu’il avait installée juste en face, il constata avec un certain dépit qu’il était déjà bien tard… et qu’il ne serait plus apte à se concentrer sur son travail. De quoi le soupçonnerait-on si ses collègues s’en rendaient compte le lendemain ? Passant ses doigts longs et fins sur son visage, accueillant le courant d’air frais avec un soupire d’aise, Yoshii dégagea ses mèches brunes de son visage et plissa les yeux. Tant pis pour son travail. C’était bien la première et dernière fois qu’il se dirait cela mais… Après tout, il pouvait bien ne rien faire le temps d’un soir… Non ? Non. Tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Ven 9 Mai - 12:31

Il espérait que son protégé se retournerait pour le regarder dans cette cuisine qui sentait encore l'odeur d'une vieille époque. Yoshii ne devait pas forcément avoir le temps de préparer des plats comme il devait les aimer, mais plutôt les acheter dans le vieux traiteur du coin. Et encore, peut-être qu'il ne se rassasiait que de nouilles. Le jeune brun se retourna alors vers lui lorsqu'il entendit sa proposition, loin d'être indécente.

Un air surprit s'afficha sur son visage et dans son regard qui se voila petit à petit par ses mèches noirs qui lui retombaient sur le front. Pourquoi la nature devait-il lui cacher les yeux dans un moment qui importait à Kaoru à ce moment là? Puis pourquoi fallait-il qu'il veuille qu'il dise oui? Kaoru, le coeur battant s'attendait alors à avoir un "non" très sec et très clair où Yoshii repartirait au pas de la porte pour ne pas changer ses habitudes. Pourtant, celui ci surprit encore plus Kaoru dans ses suppositions.

Celui ci lui demandait si un restaurant lui convenait pour la soirée. Après tout, il avait lui même dit qu'il n'avait rien d'autre qu'un café dans ses placards, peut-être était-il trop tard pour que Kaoru aille s'approvisionner dans le marché du coin. Alors que sa main glissa sur le meuble blanc de la cuisine, il se surprit à apprécier le ton que Yoshii avait avec lui à cet instant. Etait-ce cette réaction que l'on caractérisait de miroir? En proférant une bonne parole (pas forcément évangélique), en donnant un sourire, pouvait-on vraiment faire en sorte d'en recevoir de même?

Car si Kaoru avait baissé le temps, Yoshii avait prit soin d'en faire de même. Ils s'étaient à présent tout deux rendu compte que la vie n'allait pas être très facile à deux mais que les choses ne devaient pas s'altérer pour autant. Kaoru ne pouvait pas se permettre de soulever la colère de Yoshii qui en faisait de même. Un compromis ... ou peut-être une accalmie de courte durée. Qui sait, cela serait peut-être bénéfique au fond de se parler sans s'irriter.


J'en serais ravi ... mais permettez-moi de choisir le restaurant ce soir, je crois avoir remarquer une enseigne qui pourrait nous plaire répondit-il en lâchant un franc sourire

Il dut alors se rendre à l'évidence que des paroles beaucoup trop hâtives devaient à présent se faire de moins en moins nombreuses. Un calme qu'il devait mettre en pratique devant une personne qui pouvait aussi changer du tout au tout. Du diable à un ange parfait contre un irritant à une sérénité parfaite. Les variables étaient tellement aléatoires qu'elle pourrait lui en faire perdre la tête.

Il prit alors cela comme un défi. Le "pourquoi lui?" se transformait alors à présent en "pourquoi pas?", insufflant une dose de courage qu'il n'y avait pas dans le premier. Pourquoi pas vivre avec un jeune homme aussi différent de lui? Que risquait-il de si grave? Il était déjà mort. Malgré cette dernière pensée, Kaoru ne put s'empêcher de prolonger son sourire jusqu'à ce que Yoshii en face presque de même. Venait-il de tomber dans le piège qu'il lui avait tendu? Après tout, peut-être était-ce un test que son protégé voulait faire pour en empêcher l'étendu de la situation ...
Kaoru se tendit alors presque devant cette phrase si énigmatique à son sens. Il passa les mains dans ses cheveux blonds en les ramenant devant ses yeux, presque pour en cacher la soudaine gêne qu'il n'avait pas vu venir. Pourquoi lui avoir menti ainsi? Oui, ce n'était décidément qu'un test. Peut-être que l'avenir lui réservait encore beaucoup de surprise de ce genre.

Il avait tous son temps pour le connaître à présent.

Alors que Yoshii s'éloignait, il venait à peine de se souvenir que celui ci avait prétexté un léger travail avant de devoir sortir. Kaoru leva à nouveau les yeux vers lui en regardant sa silhouette élancée passait à travers la porte ouverte pour regagner le salon. L'ange blond resta un moment sur place alors que ses pensées se faisaient de plus en plus chaotique. Quelle attitude devait-il vraiment avoir ? Devait-il être lui-même en étant agaçant ou devait-il être lui même en étant généreux? A vrai dire, osciller ses deux caractères étaient aussi une idée sur laquelle méditer.

Kaoru fit alors quelques pas à travers la cuisine pour voir Yoshii travailler ou presque. D'un geste simple de la main, il accueillit un léger vent dans la pièce pour raviver le teint de son protégé dont le front se plissait déjà. Peut-être avait-il vraiment beaucoup de travail à faire ... en même temps, il était presque 7h30. Mais l'ange blond, connaissant tout de même le boulot et la montagne de travail qu'un comptable et plus particulièrement qu'un expert comptable devait faire, il fit quelques pas sourds en arrière pour revenir vers sa chambre, découvrant un couloir qui menait à d'autres pièces.
Yoshii devait sûrement coucher dans l'une d'elle. Et très soudainement, Kaoru avait envie de procéder par élimination, sans vraiment avoir à toucher la poignée de la porte pour savoir si elle menait aux nuits de son protégé. Alors qu'il éteignait la lumière de sa future chambre, il ouvrit la porte d'à coté où les lumières s'allumèrent instinctivement. Sûrement par un détecteur de mouvement. Assez pratique il fallait le dire. Et ses yeux se posant sur les vitres de la douche, Kaoru eut soudainement envie de se laver et de se sentir réellement propre.

Refermant la porte derrière lui, il se déshabilla très rapidement pour entrer dans la cabine en s'arrosant d'un léger filet d'eau qui aplatit ses cheveux blonds. Quelques minutes plus tard, se rendant compte qu'il n'avait pas forcément envie de remettre tout de suite ses vêtements de la journée, la petite tête de l'ange sortit de l'embrasure de la porte pour regarder si l'humain n'était pas dans le couloir. Après tout, pudique comme il était, il était loin d'avoir envie que Yoshii le voit avec une simple serviette autour de la hanche.

Marchant sur la pointe des pieds pour arriver à sa chambre, il ferma la porte devant lui pour aller s'allonger très rapidement dans le lit. Confortable et sentant vraiment le neuf. Kaoru se demandait pourquoi il avait une chambre d'ami quand il n'accueillait personne. Soupirant légèrement, il se demanda s'il pouvait invoquer -peut-être- des vêtements neuf et propres. A peine y avait-il pensée qu'une nouvelle chemise bleu marine et un pantalon droit se présentait sur la chaise du bureau. Kaoru, allongé sur son lit avec une flopé d'eau et de gouttes sur sa peau, laissa échapper un sourire avant de virer son regard au plafond.

Yoshii ... il fallait dire que la journée n'avait sûrement pas été très facile pour lui. Kaoru se surprit à penser que cela faisait bien 3 fois qu'il se plaignait de ce qu'il imposait au jeune homme. Mais ne venait-il pas d'avouer tout à l'heure qu'il avait besoin de lui finalement? Leurs réactions étaient telles que Kaoru avait du mal à y voir clair. Entre les jeux qu'ils se lançaient, tout semblait beaucoup trop flou pour l'instant. Une bonne nuit de sommeil était nécessaire. L'ange parviendrait-il à dormir vraiment?

Une main s'égara alors dans ses cheveux mouillés alors que le gong de 8h venait de sonner. Peut-être était-il temps qu'il s'habille. Mais il n'avait pas envie de presser Yoshii dans son travail. Et de peut-être peaufiner toutes ses choses que le temps lui permettait. Pourtant, Kaoru sortit de la chambre correctement habiller avec ces nouveaux vêtements pour marcher calmement dans la cuisine, la traversant pour se poser contre la porte. Il n'avait pas forcément fait attention au mouvement de son protégé pendant tous ce temps. Il fallait dire qu'il était aussi fort que lui dans la discrétion. Les lèvres cousues, l'ange blond pencha alors la tête sur le coté, avant de dire d'un ton un peu fort.


Où êtes-vous ?

Cache-cache? Son regard bleu azur le chercha alors dans cette pièce qui s’était considérablement assombrit depuis une demi-heure. Yoshii s’était peut-être finalement retranché dans sa chambre en entendant la douche s’activer… Osant un pas en avant, Kaoru fit cesser d’un autre signe du doigt le vent qui tournait dans la pièce, menaçant de le rendre malade. C’était intéressant d’être un ange finalement … on découvrait petit à petit des aptitudes inhabituelles …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Sam 10 Mai - 10:58

7h30. Voilà plus de trois heures qu'il avait quitté son lieu de travail dans l'intention de peaufiner ses dossiers dans un lieu plus calme. Et voilà plus de trois heures qu'il n'avait strictement rien fait de mieux ou de pire que ce qui était déjà proprement rédigé et classé. Toujours immobile dans ce courant d'air parvenant encore à l'apaiser, Yoshii releva son regard vers les piles de feuilles qui étaient convenablement rangées sur son bureau. Kaoru, lui, cela faisait un moment qu'il l'avait entendu s'éloigner... Sûrement était-il en train de errer à travers les diverses pièces de l'appartement, découvrant cet endroit qu'il serait amené à fréquenter pendant un temps qu'il n'arrivait encore à considéré. Le bruit de la douche confirma son idée. Un pervers sourire étira ses lèvres et il hésita l'espace d'un instant à aller ouvrir la porte de la salle de bain simplement pour embêter l'ange. Mais c'est en concluant cette pensée déplacée en prenant en compte que des imbécilités de ce genre pourrait lui coûter cher que Yoshii regagna lentement son bureau, le pas traînant. Un jour, il le ferait. Simplement pour voir une couleur rouge prendre possession de ses joues, pour voir ses yeux clairs se voiler et l'entendre tonitruer son nom sous l'effet de la colère. Oui, un jour il le ferait.

Yoshii s'étira de tout son long, s'élevant sur la pointe des pieds et levant les bras le plus haut que possible. Soucieux que l'ange n'ait une trop bonne ouïe, il se retint cependant de bailler et fini par s'asseoir derrière son bureau. Relevant le regard vers la fenêtre toujours ouverte, il sembla bien vite évident que ses pensées s'éloignaient beaucoup trop pour qu'il ne songe réellement à travailler. Après tout... Yoshii avait un ange gardien en sa compagnie. Il avait beau se répéter depuis le début de leur rencontre cette simple phrase, les mots ne lui semblaient pas s'accorder correctement. Pourtant, il était certain à présent que Kaoru disait vrai ; il ne ressentait plus aucun doute. Et il lui fallait avouer que cette confiance qu'il installait en l'ange lui faisait quelque peur... Non, il n'était vraiment pas temps pour ce genre de familiarité avec qui que ce soit ; ange gardien ou non. Aucun événement quelconque ne devait le changer. Yoshii plissa les yeux et se pencha sur le premier tas de feuilles qu'il avait à portée de main, saisissant entre ses doigts un crayon finement taillé. Pourtant, rien ne serait plus aussi simple qu'avant...

7h50. Yoshii leva sa feuille de travail à hauteur de visage pour observer, les yeux plissés, le compte rendu qu'il venait de terminer. Ce n'était pas grand chose... et cela aurait pu être meilleur ; mais il devrait se contenter de ça. Il n'avait plus qu'à se lever plus tôt le lendemain pour passer à l'imprimerie et le photocopier en plusieurs exemplaires ; ainsi, ses collègues ne se douteraient de rien. Peut-être soupçonneraient-ils un soudain manque de motivation... mais il les savait bien trop naïfs pour imaginer quoi que ce soit d'autre. Et pourtant, Yoshii n'aurait plus le même regard le lendemain... Lentement, il glissa la feuille dans sa mallette, entre deux pochettes en carton pour s'assurer qu'elle ne se plierait pas. C'est à ce moment là que son oreille perçu, pour la première fois depuis une quinzaine de minutes, un petit claquement de porte qui l'aurait presque effrayé. Plongé dans son travail, il n'avait même plus pensé à la présence de Kaoru dans l'appartement, ni même à leur dîner. En parlant de ce dernier... il serait bientôt l'heure d'y aller s'ils ne voulaient pas manger trop tard.

Quelques secondes plus tard, après être passé devant la chambre à présent illuminée de Kaoru et la salle de bain qui laissait encore une forte odeur de savon s'échapper dans le couloir, Yoshii se retrouvait dans sa chambre. Plus petite que celle de son invité, elle ne contenait que le strict minimum, mais n'en perdait pas de son charme. Lentement, il contourna son lit pour s'immobiliser devant son armoire, observant distraitement son reflet se dessiner dans le miroir. Comment allait se passer ce dîner ? Arriveraient-ils seulement à discuter convenablement, comme les adultes qu'ils étaient ? Yoshii avait encore tellement de choses à savoir qu'il était évident qu'il serait quelque peu indiscret cette soirée-là... peut-être même franchirait-il des limites qu'il avait toujours ignoré. Déposant sa main contre le bois d'ébène de la porte, il la bascula dans un grincement pour pouvoir saisir des vêtements de rechange. Il se retourna ensuite et déposa une chemise noire et un pantalon de la même couleur sur les draps fins de son lit. Après tout, qu'importait si Kaoru se vexait. Il allait bien devoir s'habituer à lui comme... lui aurait à s'habituer à son caractère de chien. Plissant les yeux, Yoshii s'habilla en se permettant d'oublier de parfaire sa tenue. Après tout, il avait bien remarqué le regard que Kaoru avait porté à sa tenue d'aujourd'hui. Et ce n'était pas pour lui faire plaisir ! Quelle idée ! Il voulait simplement le mettre à l'aise, lui qui avait des goûts vestimentaires bien douteux !

Après quelques instants, Yoshii, ayant entendu l'ange gardien sortir de sa chambre, l'imita pour rejoindre l'obscurité du couloir. Ses pas effleurèrent à peine le parquet sombre et, apparemment, il n'avait même pas remarqué sa présence derrière lui. Une délicieuse odeur s'échappait de ses mèches blondes encore humides, gouttant sur des nouveaux vêtements. Pourtant, il aurait juré ne l'avoir vu avec aucune affaire personnelle. Et cela ne lui appartenait certainement pas. Les anges gardien avaient-ils des pouvoirs ? Comme les super-héros des bandes dessinés qu'il ne lisait pas plus jeune, songea-t-il avec un sourire idiot... Mais si cela était effectivement réel, il était évident que c'était un atout en plus qu'il lui faudrait considéré plus tard, lorsque l'éclat azure de ses yeux fins ne guetteraient plus les siens. Il était évident qu'il existait une certaine connexion entre eux et bien qu'il savait n'avoir perdu de son impassibilité, il semblait que l'ange était capable de voir plus loin encore qu'il ne l'aurait voulu. Un détail gênant qu'il lui faudrait manipuler en douceur pour le tourner en son avantage... Alors que l'ange se glissait en silence dans le salon nimbé par la tendresse de cette fin de soirée, Yoshii atteignait la cuisine et s'y immobilisa. Les mèches de l'ange se balançaient lentement, paisiblement au gré du courant d'air frais... avant qu'un signe de sa main ne fasse taire ses sifflements. L'homme fronça légèrement les sourcils et peina à cacher un nouveau sourire. Non, il ne fallait pas qu'il y songe...


Je suis là. Murmura-t-il finalement, après l'avoir laissé l'espace d'un instant fouiller la salle du regard.

Se découvrant de l'ombre en avançant d'un pas, Yoshii leva son regard sur le dos de l'ange, attendant que ce dernier ne se retourne. C'était le moment de s'assurer que son regard ne se trahirait plus à travers le sien...


Je vois que vous avez pu découvrir quelque peu l'appartement... est-il à votre goût ?

8h15. Le temps s'amusait-il à courir plus vite ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Sam 10 Mai - 12:28

Un léger souffle s'était fit sentir derrière lui, lui donnant presque l'ordre de se retourner mais de ne rien faire en même temps. A peine sa question s'était-elle échapper dans les airs et atteindre les oreilles de son protégé, Kaoru ferma les yeux en savourant entièrement le ton calme que celui ci venait aussi de prendre avec lui. Comment faisaient-ils pour passer d'une dispute tel chat et chien pour finir par presque se serrer la main, il l'ignorait encore. Mais au bout d'un instant, Kaoru se mit à penser que les questions ne devaient plus avoir d'importance ce soir. Pas pour lui en tout cas car il savait pertinemment que Yoshii devait sûrement en avoir en réserve. Alors que le jeune homme s'était mis à lui demander si l'appartement lui plaisait, Kaoru se retourna sur lui même pour voir qu'il avançait vers lui, la lumière d'une lampe allumé éclairant ses déplacements.

L'ange blond leva alors son regard vers lui alors que d'une simple vue, il remarqua les couleurs sombres donc Yoshii s'était vêtu pour sortir ce soir. Un pantalon noir assorti avec une chemise tout aussi sombre. Ils auraient presque pu faire la paire si Kaoru n'avait pas opté pour un bleu marine. Il fallait dire que le comptable avait tout de même prit soin de ne plus porter de cravate ni de mallette. Kaoru espérait presque qu'il oublierait son travail pour une fois, n'étant pas très sur qu'il ait réussit à le finir pour demain. Son protégé n'allait tout de même pas se lever très tôt le matin pour le finir, non? Il espérait que sa venue n'engendrait pas autant de problème dans son travail.


Elle me plait répondit-il en s'enlevant de la tête la chemise qui lui allait si bien sans cravate

Si Kaoru se rendait compte que le désir lui montait aux prunelles à cet instant, il se serait bien enterré sur le champ. Son regard remonta alors près de sa nuque pour finir par se glisser doucement dans ses yeux, une lueur chaleureuse l'enveloppant immédiatement. Remettant ses cheveux blonds en place qui avaient à présent prit l'habitude de voiler son regard, Kaoru se posa contre le mur de la cuisine alors que l'odeur du café chaud avait recommencé à flotter dans l'air. Ou peut-être dans son cerveau. Quoi qu'il en soit, il se sentait presque trop bien à présent, là face à Yoshii qui était certainement prêt et peut-être pressé pour qu'ils y aillent.


Vous avez choisit un très bel appartement ... la vue est magnifique depuis votre salon ajouta-t-il pour paraître plus convaincant dans ses dires

Après tout, tous ce qu'il regardait à présent était Yoshii qui se tenait devant lui. Osant lui adresser un mince sourire en regardant le cadrant de l'horloge situé au dessus de la hotte de la cuisine, Kaoru remarqua qu'il était bien 8h15. Le temps qu'ils arrivent au restaurant il serait bien 8h30. L'ange blond se décolla alors de son mur pour faire un pas vers son protégé. Son regard marron avait perdu le rouge sang qu'il avait quand sa fierté et sa colère remontaient à la surface mais ses yeux étaient toujours aussi captivant que Kaoru en oublierait de regarder droit devant quand il pourra marcher dehors.


Et si nous y allions ? Je me doute que votre temps est précieux alors ne le perdons pas tout de suite ... ajouta-t-il en offrant d'emblée un nous qui ne le correspondait pas

Tournant le dos au jeune homme, Kaoru traversa la porte de la cuisine pour se retrouver dans un salon plongé dans le noir. Il remarqua pourtant les 2 tasses de café toujours posé sur la table basse et se promit de revenir ranger son bordel lorsqu'ils reviendraient. L'ange blond se retrouva alors très rapidement dans le couloir d'entrée à mettre ses chaussures en évitant presque d'avoir à regarder Yoshii à cet instant. Comment cela se faisait-il qu'il avait l'impression d'être inonder de chaleur à cet instant? Cette chaleur, non pas étouffante mais plutôt gênante. En fait, il ne savait pas donner une caractéristique précise de celle ci. Tous ce qu'il savait c'est que cette excès revenait eu galop à chaque fois qu'il croisait ses yeux. Cette seule pensée lui donnait envie de fondre en colère contre lui-même. Quoi qu'il s'agisse, il savait que cette faiblesse le perdait.

Nouant les lacets de ses chaussures, il se releva bien rapidement dans le noir en cherchant un interrupteur collé contre le mur. Ses doigts glissant progressivement sur le papier peint, il repéra le bouton qu'il enclencha tout en parlant à son protégé.


Le restaurant est au coin de la 3ème rue principale. Ce qu'il y a de bien, c'est que les tables sont séparés par des fougères qui enlèvent tout regard extérieur et oreille indiscrète ... elle conviendra pour notre discussion ce soir

Cette soirée semblait importante aux yeux de Yoshii et Kaoru était à présent prêt à lui divulguer tous ce qu'il devait savoir. Les moyens qu'il pouvait user pour le protéger mais aussi les limites. Contre qui et pourquoi. Enfin le pourquoi, peut-être fallait-il qu'il l'évite pour le moment. Cette question et son regard qui semblait de plus en plus ambiguë à son encontre. Soupirant doucement, Kaoru repassa ses mains dans ses cheveux d'où les gouttes d'eau perlaient encore au bout de ses mèches. Se tournant vers un des cadres miroitants du couloir, l'ange blond entreprit de remettre sa tignasse en ordre mais en vain. Se redressant sur toute sa hauteur, Kaoru tourna son visage vers Yoshii, légèrement de biais pour voir où il en était entre ses chaussettes et ses chaussures.

Au fond, Kaoru appréhendait le moment où il aurait à dire tous ce qu'il devrait lui dire, par pur devoir. Il sentait que Yoshii était déjà très emballé et comptait beaucoup sur les réponses qu'il allait lui fournir pour être satisfait d'une cause dont il ignorait encore le but.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Lun 12 Mai - 2:40

D'où provenait ce soudain calme qui animait leur conversation ? Si lui même avait décidé d'opter pour un ton aux sereines consonances, il semblait que Kaoru était apte à en faire de même. Comment pouvait-on, encore aujourd'hui, passer de désaccords à de respectueux échanges, et d'échanges respectueux à de muets désaccords ? Yoshii plissa les yeux alors que l'ange se retournait lentement, tandis que sa propre silhouette s'inondait progressivement des reflets nacrés de la lune. Il semblait qu'ils avaient encore des kilomètres à parcourir ensemble pour atterrir dans une situation stable, qui ne les étonnerait plus à chaque pas. Et bien qu'il était toujours aussi étrange pour lui de s'imaginer vivre et cohabiter avec un mort, ... ça n'allait pas pour lui déplaire. Se retenant de sourire alors que le regard de Kaoru semblait ne plus pouvoir se décrocher de sa chemise, Yoshii tenta tant bien que mal de rester impassible et s'arrêta à une distance raisonnable de l'ange. Ne se rendait-il donc pas compte que ce regard se faisait un peu trop insistant ? Il risquerait d'y interpréter là bien des choses... Plissant les yeux dans un rictus amusé, l'homme accueillit la réponse de l'ange avec une certaine surprise. Elle ? Parlait-il réellement de l'appartement ou avait-il complètement été hypnotisé par cette simple chemise noire ?

Yoshii ne s'en formalisa pas plus que nécessaire ; après tout, s'il considérait bien la chose et si ce regard avait bien été aussi sincère qu'il ne l'avait senti, c'était son principal atout qui se confirmait-là. Il sentit alors ses yeux bleus remonter le long de son torse, frôlant de près ou de loin sa nuque pour échouer dans son propre regard, complètement dénué d'expressions à cet instant-là. Serrant discrètement les poings contre ses hanches, il soutint alors son regard, presque durement, pour tenter d'y plonger encore plus loin afin d'y explorer tous les aspects. Kaoru Sukinoto... Yoshii plissa les yeux et se redressa, se tenant à présent droit, l'air calme. Il hocha légèrement la tête pour remercier les propos de l'ange à propos de son appartement... se retenant d'extérioriser son ricanement.


* Kaoru Sukinoto... Tu as en effet une longue vie devant toi...*

Et bien... tant mieux, s'il vous plait, répondit-il dans un murmure, se contentant de répondre à son sourire par un ton calme.

*... mais elle est mienne ! *

Ce n'est que lorsque Kaoru lui rappela qu'il serait temps d'y aller que Yoshii releva le menton, désancrant son regard des profondeurs du sien. Aussi hocha-t-il une énième fois la tête pour répondre de manière sourde à cette proposition, et l'observa silencieusement se diriger vers le couloir. Ses cheveux blonds gouttaient toujours. N'allait-il pas attraper froid ainsi ? ... Les anges pouvaient-ils encore tomber malades ? Il avait tellement de choses à apprendre, tellement de choses à connaître sur le bout des doigts pour ne laisser aucun détail faillir à ses projets... que c'en devenait sincèrement amusant. Après quelques instants, Yoshii alla fermer la fenêtre et baissa les volets, tandis que Kaoru, devinant probablement son geste, allumait la lumière de son côté. L'appartement fut alors inondé de cette lumière artificielle qui révéla tous les détails qui, dans la précédente obscurité, avait été dissimulé aux yeux de l'ange.

Au coin de la 3ème rue principale ? Répéta-t-il. Je crois l'avoir déjà remarqué... mais je vous suis, Sukinoto-san.

Oui, enfin, plus ou moins... Yoshii le rejoignit alors dans le couloir alors qu'il était en train d'observer son profil dans un cadre afin de remettre quelques mèches rebelles en place. Passant derrière lui sans même le frôler, il saisit les clés de l'appartement sur le meuble, les glissa dans la poche de son pantalon et se baissa pour enfiler ses chaussures.

Au fond, bien qu'il ne montrait pas, Yoshii était impatient d'en finir avec cette discussion. Fougère ou pas, il savait qu'il y avait des risques pour que des oreilles trop curieuses trainent près de leur table et l'indiscrétion dont il allait lui-même faire preuve ne conviendrait peut-être pas à Kaoru. Ce qui ne l'empêcherait pas de l'être, bien entendu. D'ailleurs, qu'arriverait-il si un humain surprenait leurs conversations ? Mise à part les prendre pour des fous... Y avait-il un quelconque risque pour Kaoru ? Ou, une fois de plus, reposaient-ils tous sur l'image de l'expert comptable ? Plissant les yeux, Yoshii se releva en chassant ses pensées pour voir où en était l'ange. Aussi ouvrit-il le verrou pour s'engager dans le couloir après avoir croisé son regard bleu.

Et il semblait que la chance avait décidé de ne plus briller au-dessus de lui ce jour-ci. Au fond du couloir, il aperçut, alors qu'il tournait la clé pour la troisième fois consécutive dans la serrure, une vieille dame qui n'était autre que sa voisine. Bien trop curieuse, un poil paranoïaque, elle ne s'était jamais gêné pour plonger indiscrètement dans les affaires de Yoshii et en retirer bien des rumeurs qui tuaient son temps. Il se raidit alors, observant le dos de la vieille femme qui regardait à travers une fenêtre le quartier dont les lumières s'allumaient progressivement. Qu'elle ne se retourne... et tout irait bien. Yoshii se pencha alors légèrement en arrière pour pouvoir lever son menton, ses lèvres atteignant la hauteur de l'oreille de l'ange.


Je vous préviens... vous n'avez pas intérêt de placer un seul mot de travers. Vous êtes un de mes collègues et vous avez eu quelque soucis financier. Votre femme, ou homme, qu'importe, vous a laissé tomber et vous êtes profondément déprimé. Je vous héberge donc le temps que vous remontiez la pente.

Yoshii se redressa ensuite, guettant les mouvements de la femme. Mais il se repencha soudainement en arrière, pour murmurer dans un souffle rapide.

Et ne discutez pas... !

Ceci dit, il releva tout de même un regard un peu plus doux en direction de l'ange pour ne pas le vexer. Il ne manquerait plus qu'elle s'offusque, cette tête de mule et qu'elle lui joue un mauvais tour ! C'était bien sa veine ; tomber sur la plus mégère de ses voisines des le premier soir. Soupirant, Yoshii se redressa et glissa ses clés dans ses poches, tentant quelques pas en avant. Visiblement, il suffit de ces bruits étouffés pour éveiller l'ouïe de la vieille dame qui se retourna immédiatement. Impassible à l'habitude, l'homme se contenta de la saluer d'un signe de tête et espéra que Kaoru ne ressentirait pas la subite envie d'adresser un bonsoir à cette femme qui ne s'arrêterait plus une fois lancée. Pourquoi fallait-il qu'elle soit juste à côté de l'ascenseur ? Arrivant devant ce dernier, Yoshii appuya sur le bouton d'appel.

- Yoshii-kun ! Mon petit Yoshii ! croassa-t-elle alors. Ca faisait un bon petit moment que je ne t'avais pas vu ! Mais qui est ce charmant jeune homme en ta compagnie ?

Voilà... voilà pourquoi elle était bien la pire de ses voisines ! Elle le tutoyait, l'appelait Yoshii-kun, se mêlait de ses affaires, était trop bruyante, trop curieuse, trop vieille, trop ramollie, trop défaitiste, trop ennuyeuse, trop gâteuse, trop... TROP ! Yoshii glissa les mains dans ses poches et baissa quelque peu le menton, ramenant devant son regard une multitude de petites mèches éparses. Le bruit de l'ascenseur se fit entendre et c'est dans un soupir qu'il lui sembla encore bien loin de leur étage. Ce qui ne l'empêcha cependant pas de ne pas répondre, de laisser la vieille femme bouche grande ouverte devant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Lun 12 Mai - 4:40

Yoshii s'était-il rendu compte de sa bourde ou avait-il prit le " elle " comme s'apparentant à la maison? Après tout, il fallait dire que les 2 choses étaient vraiment bien tenues. Il semblait que son protégé se souciait énormément des apparences ou plutôt du regard des autres. Peut-être que cela ne se voyait pas dans son style vestimentaire ... Bref, laissant alors ses idées de coté, Kaoru vit Yoshii le suivre dans le couloir, prenant au passage les clés posées sur un petit meuble. Il ne prit pas la peine de le frôler, remettant encore cette distance qu'il avait eu lorsqu'il l'avait guidé vers sa future chambre.

Cette simple pensée eut pour effet de le faire sourire d'une façon beaucoup trop sournoise. Etait-ce une aversion ou une peur qu'il avait s'il le frôler? C'était une piste et une idée à méditer selon l'ange blond. Après tout, s'il avait dans ses pensées la petite faiblesse de Yoshii, ce dernier ne pourrait pas se permettre d'oser trop de chose à son encontre. Etait-ce alors un rapport privilégié communément appelé par " je te pique tu meurs " auquel ils étaient entrain de jouer tous les deux dans ce cas là? Leur ton doucereux n'était-ce qu'une façon de se jouer des tours et était-elle une vrai façon de montrer leur sincérité commune dans des moments calmes?

Alors que son jeune brun ouvrait la porte, Kaoru le suivit pour la voir se refermer derrière lui. Regardant droit devant en se posant un cours instant sur le mur, l'ange blond attendit patiemment qu'il finisse de fermer convenablement la porte à double tour. Mais il sentit pourtant une certaine nervosité dans son geste et même dans l'air. Le regardant une nouvelle fois pour finir par poser ses iris sur la poignée, il se rendit compte que Yoshii avançait presque beaucoup trop rapidement vers l'ascenseur, accélérant ses pas.


Hey ... ! s'exclama-t-il

Il ne savait pas s'ils étaient aussi en retard que cela, mais en y réfléchissant, ce n'était sûrement pas la cause d'un homme pressé. Regardant alors par dessus l'épaule du jeune homme qui marchait devant lui, Kaoru remarqua l'allure d'une personne âgés, probablement une femme du la longueur des cheveux blancs et de son sac à main. L'ange blond se demanda bien pourquoi une femme aussi frêle devait sortir à cette heure là. Mais après tout, c'était loin d'être son problème.

C'est alors que la voix ou plutôt le murmure de Yoshii retentit dans ses oreilles, l'invitant obligeamment d'inventer un mensonge pour ne pas attirer le regard de la personne sur eux. A croire que Yoshii voyait presque le mal partout où il allait. L'ordre intimé était presque sec et Kaoru ne put rien dire sur le moment, beaucoup trop occupé à assimiler ce qu'il venait de dire alors que la femme s'avançait vers lui. Il semblait qu'elle entretenait un rapport préférentiel avec son protégé, ce qui n'était pas forcément au goût de ce dernier. Il semblait même un peu trop gêné et même beaucoup trop indifférent pour répondre à sa question.

Et loin de vouloir en faire de même pour paraître aussi impoli que son " colocataire ", Kaoru avança alors vers elle en lui adressant un sourire des plus charmeurs. Ne venait-elle pas de dire qu'il était beau jeune homme après tout? Bousculant presque Yoshii sur son chemin, alors que l'ascenseur ne tardait à venir, l'ange blond glissa un regard vers son protégé avant de parler à la femme. Un regard un détail qui relevait beaucoup de chose.


Pardonnez le silence de mon ami, il vient d'avoir un petit accident avec sa langue. Vous savez, il fait tellement chaud ... et Asano-san voulait se désaltérer avec de l'eau fraîche. Mais ce malheureux a eu la bonne idée de coller sa langue contre la glace du congélateur qui est resté légèrement collé un peu trop longtemps plaisanta-t-il en observant le mutisme de son protégé

Comment pouvait-il imaginer qu'il laisserait passer une occasion pareille? Après tout, rien ne lui donner l'obligeance de l'obéir à cet instant. Mise à part perdre un lit peut-être, voir même pire. Mais ne voulant pousser trop loin le bouchon et comprenant qu'il n'avait peut-être pas envie de s'énerver et de le scotcher contre le miroir de l'ascenseur, Kaoru tendis la main vers le sac de la vielle dame en lui adressant un sourire sincère.


Ne vous embêter pas avec les poubelles, nous descendons alors nous les jetterons au passage si vous le voulez bien. Je me prénomme Kaoru Sukinoto je suis un collègue du muet ... il faut dire qu'on nous a donné de gros dossier à traiter expliqua-t-il poliment en s'inclinant vers la femme

Celle-ci, peut-être un peu trop surprise de voir peut-être une complicité que Kaoru imposait au jeune homme ne put rien dire, mise à part sourire et lui tendre le sac. Pourtant, elle se mit à ouvrir ses lèvres pour lui faire toute sorte de louanges.


Je vois, vous aidez Yoshii-san dans son devoir. Ce jeune homme a toujours été très calme, je n'avais jamais espéré avoir un voisin pareil. Vous savez, contrairement à d'autres jeunes, il ne passe pas son temps à être dehors et à faire des bêtises. Vous avez un bon élément dans votre entreprise.
Merci beaucoup pour le sac, vieille femme que je suis, j'ai surtout très envie de regarder les feux de l'amour en rediffusion le soir. Saviez-vous que Brenda ...
DING !

La faisant sursauter ainsi que Kaoru qui ne s'y attendait pas du tout, ce dernier inclina à nouveau son visage pour lui souhaiter une bonne soirée. La vieille dame ne faisait que répéter le fait qu'elle aurait bien aimé les invités à prendre le thé chez elle. Alors que l'ange blond entra dans l'ascenseur, se disant que Yoshii ne devait pas avoir perdu son temps pour cela, il appuya sur le bouton rez-de-chaussée au passage et attendit que la porte se referme sur eux, un joli sourire aux lèvres.

Charmante ... laissa-t-il échapper alors que la pièce fut hermétiquement close à cet instant.

Vous devriez jouer au poker avec elle un jour. Je suis sure que vous raflerez toutes les mises entre son thé, ses ragots et ses photos de chat ...

Les doigts filants dans ses cheveux blonds, il consentit alors à regarder à nouveau Yoshii de ses yeux bleus, presque rieur à cet instant. Au fond, il se demandait pourtant pourquoi son protégé se souciait tant du regard des autres. La honte? C'était un sentiment qu'on créait soi-même. Il aurait aimé que son protégé ne le voie pas comme un honte à exhiber. Kaoru avait cette douloureuse impression au fond, quoi qu'il fasse. Peut-être que les choses changeraient plus tard et que pour l'instant, il fallait qu'il fasse avec. Mais en attendant, il voyait très bien dans ses paroles qu'il n'était pas vraiment le bienvenu.
Soupirant doucement, il laissa retomber ses doigts humides dans sa poche en secouant doucement sa tête pour ramener naturellement ses mèches blondes devant ses yeux, comme Yoshii avait pu le faire avant. Tic que tout le monde avait quand on voulait se cacher. Mais pour Kaoru, c'était le moyen de voir les gens sans qu'ils s'en aperçoivent. C'était encore plus personnel que d'avoir des lunettes de soleil qui ne faisaient que refléter l'extérieur.

Kaoru venait de désobéir à sa volonté. Allait-il pour autant lui en vouloir jusqu'au sang? Ce n'était peut-être pas grand chose aux yeux de Kaoru mais il savait que cela comptait énormément pour Yoshii. Son ange devait sûrement apprendre à respecter certains de ses dires à l'avenir peut-être. Mais c'était tellement bon de pouvoir le mettre dans une situation embarrassante. Pour le provoquer, pour connaître toutes ses limites à lui ... Le blond se permit alors de lever à nouveau les yeux vers lui dans une soudaine force et volonté qu'il avait péché d'on ne sait où. Ce qu'il savait à cet instant, c'est que ce voyage en ascenseur n'allait pas être un plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Lun 12 Mai - 5:46

Collant ses mains contre la porte métallique et désespérément close de l'ascenseur, Yoshii se rattrapa tant bien que mal lorsque Kaoru le dépassa brusquement, cognant son épaule contre la sienne. Ses cheveux bruns retombèrent en avant, dissimulant l'entierté de son visage tandis que ses traits se tendaient, se déformaient et se durcissaient. Ce maudit ange n'en faisait décidément qu'à sa tête ! En l'entendant ainsi parler à la vieille dame, il sentit soudainement son estomac se tortiller dans tout les sens bien qu'il parvint tout de même à rester immobile. Son orgueil en prit un sacré coup... par la faute de Kaoru. Ne pouvait-il donc lui faire confiance ? A peine leur lien commençait-il à prendre une tournure plus calme, plus vivable qu'il fallut qu'il ouvre sa bouche trop grande pour sa petite tête ! Plissant les yeux pour contenir sa colère devant cette vieille dame, il du se mordre, de la même façon, l'intérieur de la joue en l'entendant parler d'accident de langue, « d'ami », de « trop chaud » et de glace du congélateur... C'était rempli de sous-entendu ! Serrant les poings contre la porte métallique, Yoshii songea néanmoins à se redresser pour ne pas attirer à cet instant l'attention de la vieille dame que l'ange semblait entièrement captiver.

Comment avait-il pu songer l'espace d'un instant qu'il se radoucissait en la présence de cet ange ? Yoshii eut un sourire de travers, jaune, presque nerveux. Il ne parviendrait jamais à supporter ce caractère de chien. Et cela ne ferait que jouer en sa faveur. Dans leur relation, aucun sentiment quelconque n'avait lieu d'être. Glissant ses rougeoyantes pupilles sur la gauche, il observa distraitement Kaoru faire du gringue à la vieille dame, avec son sourire tellement charmeur qu'il en serait presque stupide. A quel jeu jouaient-ils ? Voulait-il vraiment entrer dans un jeu de chat et de souris ? Quel insupportable gamin que voilà. Et dire qu'il avait trop de fierté pour ne pas le suivre là-dedans... Soupirant, Yoshii s'adossa contre l'ascenseur, reprenant contenance. Après tout, qu'importait ce qu'il pouvait dire à cette vieille femme. Tant qu'il restait aussi poli et charmeur, telle qu'il la connaissait, elle en serait bien trop flattée pour courir aux portes des autres dames de l'étage . Elle compterait le garder pour elle afin de lui faire du thé, des petits gâteaux secs, et le chercher chaque soir pour regarder les Feux de l'Amour en sa compagnie. Yoshii dû plisser les yeux pour ne pas s'imaginer la scène, sachant pertinemment qu'il abuserait de son imagination pour faufiler quelques bigoudis dans les cheveux blonds de Kaoru...

Observant le bout du couloir pour manifester sans aucune gêne son désintérêt pour la scène, Yoshii sentit néanmoins le regard de Kaoru lui percer deux trous au niveau de la nuque.


* C'est cela... Amuse-toi bien petit Ange, nous verrons bien qui se fera arracher les ailes en premier. *

Cependant, il ne pu qu'être surpris par le nouveau ton qu'employa alors Kaoru, après avoir détourné son regard du protégé qu'il était censé être. Ne venait-il pas de sous-entendre avec plus de clarté qu'ils entretenaient une complicité certaine ? Yoshii serra les dents. Il allait loin... beaucoup trop loin. Ne se rendait-il pas compte de ce à quoi il jouait ? Il baissa le menton, ramenant devant ses yeux sa mèche brune. Et ce côté mielleux qui ne faisait que l'agacer abusivement... ! Avait-il vraiment été nécessaire que cela arrive à lui ? Récolter d'un véritable chien au lieu d'un Ange Gardien... quelle aubaine !

Et voilà qu'on s'intéressait à lui maintenant. Relevant le regard vers la vieille femme qui parlait soudainement à Kaoru avec une passion sans nom, il hocha vaguement la tête de droite à gauche en entendant ses dires. Inintéressants. Tous les deux.


DING !

C'est sans attendre que Yoshii se redressa, s'engouffrant dans l'ascenseur après avoir adressé un léger signe de tête en direction de la vieille femme. Il se dirigea jusqu'au fond, ignorant totalement l'ange s'étant glissé à sa suite, et se colla contre le miroir, les jambes tendus en avant. Rivant le regard vers le sol aux imparfaites mesures de la boîte métallique, il glissa ses mains dans ses poches pour ne pas laisser voir qu'elles tremblaient de colère. Il était hors de question de donner à cet ange ce qu'il espérait. Son sourire était devinable à travers ses paroles. Se permettait-il en plus de rire de lui ? Yoshii plissa les yeux, observant une fourmi sortit d'on ne savait où angoisser à ses pieds. Et puis... pourquoi s'était-il autant énervé ? Kaoru avait bien dit qu'il était un de ses collègues. Et cette histoire de langue collée contre la glace n'avait aucune consonance dramatique. Que pouvait-il en avoir à faire que cette femme songe qu'il soit suffisamment stupide pour coller sa langue contre de la glace ? Et puis, de toute évidence, elle n'avait flairer aucun sous entendu, sinon quoi elle serait partie aussi sec. Pourtant, lui, ne s'était pas empêché de les relever...et d'en être touché. Fronçant les sourcils, Yoshii passa une main devant ses yeux, haussant les épaules à la remarque de Kaoru simplement pour manifester son désintérêt. Non. Il était juste encore un peu trop surpris de l'arrivée de cet Ange. Ça ne pouvait que être ça... Il n'était pas... Non. Il ne le serait jamais.

Tant que vous êtes fier de vous. Dit-il sur un ton calme qu'il ne pu s'empêcher pour autant de faire claquer dans l'ascenseur.

Et à peine eut-il fini sa phrase que l'ascenseur se stoppa nettement, ouvrant ses portes sur le rez-de-chaussé. Une voix de femme s'éleva alors, les remerciant de leur voyage en ascenseur et leur souhaita une très agréable soirée. Qu'elle était marrante, celle-là. Yoshii, les mains dans les poches, sortit sans attendre l'ange, se dirigeant vers le hall d'entrée. Par pure habitude, il ne pu s'empêcher de jeter un coup d'œil à ce qui lui servait plus ou moins de boîte aux lettres pour vérifier qu'il n'avait pas de courrier, et soupira en y découvrant quelques dossiers supplémentaires. Décidant cependant de les ignorer pour le moment, Yoshii se dirigea vers les portes d'entrée qu'il ouvrit lentement, avant de s'engouffrer dans le charivaris du quartier que la nuit éveillait.

Yoshii observa les pavés sous ses pieds, immobile dans la fraîcheur de cette fin de soirée en attendant que l'ange le rejoigne. Non. Il n'était pas charmé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   Lun 12 Mai - 10:17

Kaoru aurait pu s'imaginer une scène parfaite aux yeux de tous. A peine les portes fermées, Yoshii aurait pu le prendre par le col, le coller contre un des murs ébranlés de l'ascenseur pour le descendre littéralement. Mais non, pendant ce temps là, il semblait que son protégé se retenait de tous faire à cet instant. L'ange blond se demanda alors s'il venait de rater un épisode ou s'il y avait un disfonctionnement dans le mode d'emploi Tasimo « Asano ». Après tout, à la base, Yoshii devait vraiment s'énerver d'avoir pu à ce point casser toute l'ambiance qu'ils avaient instaurée.

Mais non, il fallait qu'il se contienne, qu'il baisse même son regard pour remettre ses cheveux devant son front, et mettre calmement ses mains dans les poches. Pourtant, une seule phrase sortie de ses lèvres et elle fut presque jeté dans le vent, comme s'il lui demandait s'il était vraiment content de ce qu'il venait de faire. Kaoru se sentit alors dans la peau d'un petit garçon dont la mère le réprimandait en douceur mais avec une certaine vigueur. L'absence de réaction. Soupirant doucement et rivant son regard vers la porte, l'ange blond omit de répondre à une phrase qui n'était qu'une affirmation. IL ne comprit pas pourquoi Yoshii voulait soudainement que les choses soient vraiment beaucoup plus calmes et beaucoup trop sérieuse à son goût. A vrai dire, Kaoru sentait que leur malaise respectif les empêcherait sûrement de se dire des choses importantes et l'ange blond n'avait voulu que débloquer un léger pic de stresse.

Puis après tout, il n'avait pas vraiment fait quelque chose d'interdit et de très déplacé. La vieille femme n'était pas encore tombée de ses prothèses pour aller courir vers le voisinage et leur dire qu'un jeune homme s'était installé chez leur Yoshii-san. Puis la simple idée de savoir que quelqu'un se permettait de le chérir sans son autorisation lui mis l'estomac à l'envers. Nan mais quelle idée ...
Alors que la porte s'ouvrit immédiatement après ses dires, et Yoshii dépassa presque Kaoru pour sortir très rapidement de la cage d'ascenseur. Etait-il claustrophobe ou l'évitait-il vraiment ? Car à chaque fois que l'ange voulait à présent capter son regard, son protégé rivait le sien bien autre part, prenant un intérêt soudain à ce qui l'entourait. L'ange était loin d'être parano, il sentait qu'il venait de blesser Yoshii dans son orgueil. Il venait de lui imposer une limite que Kaoru avait très vite fait de lui faire comprendre que cela ne marcherait pas ainsi.

Alors comment lui imposer aussi d'autres limites? C'était un donnant-donnant qu'ils voulaient tous les deux. Kaoru avait accès à sa vie, d'en faire peut-être parti jusqu'à la fin de ses jours et Yoshii en échange lui demandait surtout de le protéger et peut-être même d'en abuser. Soupirant doucement, il suivit Yoshii avant que les portes ne se referment et l'attendit calmement près du portail lors qu'il eut fini de vérifié sa boite aux lettres. Yoshii semblait beaucoup trop indifférent à son égard, il semblait que quoi que fasse Kaoru pour le provoquer, même dans le strict minimum, Yoshii ne mordait plus à l'hameçon. Eh bien ... cela serait un défi comme un autre.

Ne laissant pourtant pas tomber son sourire, il se retourna pour voir une petite tête se pencher du haut du 7ème étage et lui faire un petit coucou. Probablement sa futur voisine de palier. Alors qu'il s'avançait vers les vidanges de poubelle, Kaoru souleva le couvercle en faisant fuir en chat en direction de Yoshii. Laissant tomber le sac, il releva les yeux vers la vieille femme en souriant discrètement avant de rejoindre Yoshii qui n'avait pas fini de faire une tête désagréable. Désagréable dans le sens où le jeune brun n'avait plus ce regard brillant qu'il avait à son encontre quelques heures auparavant.


Permettez-moi de vous dire que vous avez mauvaise mine

Il ouvrit le battant du portail pour laisser passer Yoshii en premier. A sa suite, Kaoru quitta la propriété privée des appartements de son protégé pour s'engager dans une rue trop faiblement éclairé par des réverbères rares. Kaoru ne se sentait pas d'attaque à prendre un autre taxi pour aller au restaurant. Il n'aurais sûrement pas l'idée de parler directement des choses devant un autre chauffeur trop peu aimable. Ramenant sa petite veste contre lui, il tourna légèrement son visage vers Yoshii en commençant à marcher à ses cotés.

Vous supposiez déjà notre existence, n'est-ce pas ? demanda-t-il alors poliment après un regard sur ses cotés.

La rue était vide et les murs étaient bels et bien en brique. Personne ne pouvait les écouter, à nouveau. Cette sensation de pouvoir être seul avec Yoshii lui faisait du bien, il n'avait plus l'impression d'être observé dans le moindre de ses faits et gestes et de contrôler ses dires face à des personnes beaucoup trop curieuse. La nuit avait toujours cet avantage. Personne n'était là pour vous juger, ni pour vous voir. Personne ... juste Yoshii et Kaoru. Soupirant calmement, il espérait entendre un peu plus de chose sur son protégé et qu'il se calmerait peut-être. Ou sortirait un peu de cet état léthargique dont Kaoru n'avait pas été habitué avant.

Mais il était toujours bon de savoir que son protégé pouvait très rapidement se replier et se protéger dans un masque d'indifférence insupportable. Il se rendait alors compte que plus il serait chiant et se comporterait comme un gamin de 5 ans à son encontre, moins les choses iraient dans son sens. Après tout, peut-être que Yoshii n'était pas forcément du genre à vouloir remettre de l'ordre et les gens en place lorsqu'ils faisaient un geste de travers. Kaoru avait ce caractère là parfois ... un peu trop embrassant, il pouvait volontairement laisser éclater son indignation pour faire réagir l'autre.

Alors qu’ils empruntaient à présent une petite ruelle en guise de raccourcis, Kaoru vit de très loin la rue qu’il fallait prendre pour atteindre le restaurant. Plus ils avançaient le long du trottoir, plus les couples se tenant la main se faisaient de plus en plus fréquent. Les mains dans les poches, l’ange blond sentait d’avance la succulente odeur des plats en se demandant s’ils pourraient les savourer aussi naturellement qu’autrefois. Après tout, il sentait qu’il n’avait pas forcément aussi faim qu’avant …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'avais justement besoin que l'on vienne ici   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'avais justement besoin que l'on vienne ici
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Zachary] J'avais juste besoin de m'éloigner, me défouler... ~Partie 1
» Nos (feux d') artifices [PV]
» Dépression... besoin de compagnie (ou pas.), aidez-moi !
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† La ville de Kimyoo † :: Poubelle :: Anciens Rps-
Sauter vers: