Kimyoo… une ville remplie de mystère… que ferez-vous ou plutôt… comment réagirez-vous si un jour, une personne frappait à votre porte et vous annonçait qu’il était votre ange gardien ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Dim 4 Mai - 12:21

Kimyoo était une ville somptueuse, il fallait le dire. Ses grands espaces mais pourtant comprimés dans une ville bondée offrait tout de même le luxe de pouvoir se reposer tranquillement. Ses magasins, ses talons qui raisonnaient contre la chaussée, tout semblait débordé d’énergie. Au milieu de tout cela, Une silhouette se dessina à l’horizon et avançait progressivement dans les ruelles de la ville.
Kaoru n’avait pas envie de s’effacer dans une ambiance qu’il voulait s’approprier à cet instant. Le sourire aux lèvres et le regard bleu encré dans le ciel, il avait prit la peine d’enlever sa veste pour la poser négligemment sur son épaule, le menton levé. Cela faisait à peine quelques heures qu’il avait échoué ici et il était déjà rempli de bonne humeur. Rien ni personne ne pouvait le contredire, mise à part cette petite boule qui n’avait cessé de grossir au fond de sa gorge.
Après tout, n’allait-il pas apprendre à un humain qu’il allait devoir côtoyer un autre homme mort depuis longtemps mais qui lui servirait d’ange gardien ? Cette vision avait quelque chose de déconcertant au fond. Depuis son plus jeune age, Kaoru avait toujours refusé de croire à ce genre de chose. Les esprits, les anges et toutes la troupe de gardien et d’anciens et veillaient sur d’autres vivants. Il prenait cette croyance comme un faiblesse, celle de vouloir se sentir protéger sans affronter le monde tel qu’il était. Mais maintenant, les choses semblaient avoir changées.

Le jeune blond s’arrêta alors près d’un portail aux allures gothiques. Ses arabesques et ses voûtes rongées par l’oxygène de l’air prouvaient qu’elle datait sûrement d’une autre époque. Peut-être même une antiquité. Et la vue qu’elle offrait à cet instant était parfaite. Cette longue allée, ressemblant presque à ses avenues de grands châteaux. Les fleurs se réveillaient par un couché de soleil époustouflant avec les cimes des arbres qui atteignaient des hauteurs considérables … la nature se respirait. Loin des grattes ciels.
Ses pas reprirent force pour le guider là où son regard se posait. Ses bancs, cette herbe fraîchement coupée qui semblait n’attendre que lui. Mais pourtant, la tentation n’y était plus … une sensibilité de moins. Le plaisir des yeux était là, mais l’envie, non. Le détachement semblait l’avoir surpris de pleins fouets à présent.

*Ou l’attachement* … pensa-t-il doucement

Sa main glissa alors dans la poche de son pantalon, relevant doucement sa chemise d’un geste tout à fait négligé. Une mèche blonde retomba sur son front alors que son regard se faisait droit et tout à fait sure. Son visage n’indiquait rien de précis en particulier et pourtant, quelque chose lui avait dit de venir ici. Pourquoi ? Allait-il trouver celui qu’il cherchait depuis ce matin ? Cette aura, cette sensation d’être tellement près de celui qu’il devait prendre sous son aile.
Le regard parcourant les troncs d’arbres de droite à gauche, Kaoru sentit que sa respiration se faisait de plus en plus calme, contrairement à tous ce qu’il avait pu imaginer en venant ici. Ce fut sereinement qu’il commença pourtant à soupirer en se retournant beaucoup trop rapidement sur ses talons en heurtant de pleins fouets quelqu’un qu’il n’avait pas du tout vu arriver. L’ange blond se traita bien évidement de tous les noms tout en lâchant un imperceptible ‘aie’ au travers de ses lèvres, glissant une main sur son front. En temps normal, Kaoru n’aurait pas hésiter à présenter ses regrets d’avoir bousculer une personne de la sorte. Mais le fait qu’il ne savait point ce qui lui avait poussé à se retourner aussi violement lui enleva les mots de la bouche. Ses doigts triturant ses cheveux vénitiens, il se redressa sur toute sa hauteur tout en regardant la personne qu’il avait heurté, sans même la reconnaître à défaut de comprendre pourquoi sa vision fut soudainement changée. L’homme brun semblait tellement plus vif par rapport à un fond si fade.


Ne pouviez-vous pas regarder devant vous ? Les distances de sécurité s’appliquent partout jeune homme, j’aurais pu vous emboutir jusqu’à vous briser le nez ! s’exclama-t-il

Pourquoi fallait-il que quelqu’un vienne s’interposer dans sa recherche ? Sachant que son front était probablement rouge à l’heure qu’il était, Kaoru cessa de le frotter avant de lever complètement son menton, dégageant sa vue de ses mèches blondes avant de … voir l’homme brun vu depuis très haut dans le ciel quelques heures auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Dim 4 Mai - 13:13

Quelle heure était-il ? 18 heures ? 19 heures ? Le regard levé vers le ciel, la tête renversée en arrière, Yoshii resta immobile durant un temps considérablement long. Cela faisait bien des années qu'il avait perdu la notion du temps, ce qui l'irritait quelque peu. Son travail l'occupait tellement qu'il ne se souvenait même plus de ce que « temps libre » voulait dire. Mais il était loin de se plaindre de ce dernier fait. Le parc où il se trouvait se vidait peu à peu du monde qui l'avait tant animé en ce jour ensoleillé. Aujourd'hui, bon nombre d'inconnus avaient défilés devant lui ; bambins titubant dans l'herbe, personnes âgés profitant du soleil ou encore des personnes bien trop débordées par leur travail pour relever le nez de leur ordinateur. Yoshii faisait partit de cette dernière catégorie. Rabaissant le menton pour observer l'allée qui s'offrait à lui, il hésita un long moment à se lever de ce banc ombragé par un grand chêne pour partir. Son ordinateur portable commençait à peser sur ses jambes endormies par son manque d'activité, son dos tordu en tout sens pour trouver une position agréable sur la dureté du banc le démangeait. Pourtant, quelque chose lui disait qu'il devait patienter. Et cette dernière idée l'agaçait particulièrement. Ainsi se décida-t-il soudainement à se relever, glissant dans sa mallette l'ordinateur aux touches brûlantes. Il saisit la poignée et, d'un pas vif, se retourna pour se diriger vers la sortie.

Depuis quelques heures à présent, son horoscope lui était revenu en tête et le dérangeait, l'empêchant presque de se concentrer dans les derniers raffinements des dossiers qu'il aurait à rendre le lendemain. Tout d'abord, il n'arrivait à saisir le pourquoi de son soudain intérêt pour une futilité pareille, lui qui ne lisait d'ailleurs jamais ce genre d'ânerie. Ensuite, il était particulièrement intrigué par cette unique phrase qui aurait pourtant pu être affichée sous n'importe quel autre signe du zodiaque. « Préparez vous à un grand changement dans votre vie. ». N'y avait-il donc pas plus précis ? C'était agaçant ! Yoshii glissa son veston sur son épaule pour pouvoir ensuite glisser sa main dans la poche de son pantalon. Voilà qu'il en était réduit à se torturer l'esprit à cause de futilités qui étaient pourtant censées ne toucher que les faibles d'esprit. C'en était fichtrement décevant.

Quelques mèches brunes vinrent cascader devant son regard vide. Il fallait sincèrement qu'il songe à arrêter de lire le journal. Bien qu'il soit gorgé d'informations qui lui était nécessaire pour se tenir un minimum au courant de la vie de Kimyoo, il était toujours parsemé de choses aussi inutiles que stupides, tel que des jeux ou encore ce fichu horoscope. Après tout, à quoi s'attendait-il en considérant plus sérieusement cet horoscope ? Qu'il ait raison ? Que cette ânerie le sorte de son ennui ? Il s'en sentirait presque ridicule.

Titubant en arrière, manquant à chaque pas de tomber, Yoshii fronça les sourcils en plissant les yeux, une douleur assaillant son front. Sans même qu'il n'ait eu le temps de se rendre compte de quoi que ce soit, il était rentré dans une personne de plein fouet. Pestant silencieusement contre cet imbécile qui s'était arrêté en plein chemin et qui n'avait visiblement pas les yeux en face des trous, le jeune homme, soudainement de mauvaise humeur, tenta de conserver son équilibre et de reprendre ses esprits. Ceci fait, son regard s'assombrissant petit à petit, Yoshii releva les yeux vers l'imbécile de première qui se tenait devant lui, se massant le front. Il se pinça machinalement les lèvres pour ravaler toutes les injures qui auraient faillit à sa réputation et respira calmement pour se ressaisir. Quel maraud ! Et alors qu'il comptait s'excuser par pure soucis de politesse, bien que conscient qu'il n'y était strictement pour rien, Yoshii fronça les sourcils en entendant le blondinet qui, les mains devant son visage, cachait aux yeux du jeune homme chacun de ses traits, prendre la parole d'une façon qu'il n'apprécia guère. Indigné par un tel comportement, Yoshii délia ses lèvres et ne se priva pas pour répondre sur un ton tranchant.


- Tiens donc. Cela faisait bien longtemps que je n'avais plus rencontrer une personne telle que vous. Votre fierté est très honorable. Cependant vous l'utilisez à un escient particulièrement stupide, ou même pitoyable, si je puis me permettre, bien que je me contre fiche de votre autorisation. Ne pouviez-vous pas simplement vous excuser de vous être ainsi arrêter devant moi ? Aurait-ce été tellement difficile ? Cela est réellement navrant.

Yoshii observa la trace rouge du front du jeune homme avec un curieux sourire. A vrai dire, contrairement à ce qu'il avait songé au moment de l'impact, il était bien content de tomber sur ce maraud. C'était tellement agréablement de pouvoir délier un tout petit sa langue le temps d'un instant ! ... que c'en serait presque distrayant. Il hocha légèrement la tête pour saluer le personnage qu'il ne prit pas la peine de détailler du regard, bien que ses yeux eurent suffit pour faire naître quelques furtifs frissons le long de sa colonne vertébrale ; frissons qu'il haïssait déjà. Dans cet élan, il tourna sur ses talons pour contourner l'individu sans mot dire et se dirigea vers la sortie. Ce n'est qu'une fois qu'il lui fut de dos qu'il grimaça. Pourquoi avait-il soudainement une boule dans la gorge ? Et ce regard qui l'avait tant surpris ! Décidément, il fallait sincèrement qu'il songe à travailler moins. Il était épuisé, là était la seule réponse à tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Dim 4 Mai - 13:59

Un regard rouge. Non pas noir, mais totalement rouge. Ce marron clair qui virait si rapidement en rouge à peine avait-il osé proférer des phrases qui étaient sorti de ses lèvres sans la moindre contenance. A vrai dire, Kaoru n’avait pas vraiment pensé au fait qu’il pouvait toujours être aussi énervant, même après sa mort. Le jeune blond releva les yeux au moment où l’autre se mit à dire des mots encore plus tranchant qu’une lame de Katana. Kaoru fut tout d’abord très surprit par la rhétorique presque parfaite de son interlocuteur. Après tout, il savait que celui-ci avait raison, la logique lui avait déjà dit de s’excuser en premier pour ne pas perdre sa salive. Kaoru aurait pu en fait accepter ses mots si l’autre n’avait pas osé lui dire tous cela sur un ton beaucoup plus hautain que cela.
Mais à peine avait-il voulu lui balancer d’autres phrases dans le même genre que celui lui tourna le dos comme un lâche. Un ordinateur sous les bras, il semblait que celui-ci semblait presque pressé de partir alors qu’un regard enjoué avait traversé ses iris. L’ange blond se demanda comment il avait pu saisir cet instant dans la seconde, comme s’il connaissait déjà ce jeune homme depuis des siècles.
Il aurait alors voulu faire aussi demi-tour mais plus le brun s’éloignait, plus il sentait que son cœur battait plus fort … beaucoup plus fort, comme un simple évidence. Fronçant les sourcils, il se demanda pourquoi et surtout pourquoi. Et encore pourquoi. Mais soudainement, les choses devinrent claires comme de l’eau de roche.

N’était-ce pas ce signe qu’il attendait ? Ce vent qui avait cessé de jouer avec ses cheveux, le fond d’un parc dont les couleurs semblaient s’atténuer devant la présence du brun ? Le fait qu’il s’était retourné par une simple attirance, cette simple conscience qui lui disait « rappelle toi de ses cheveux bruns … » Oui, c’était très stupide de s’être raccroché à cette simple image qu’il avait eu de lui depuis si loin.


Mince, c’est ce truc que je dois protéger ? protesta-t-il maigrement en fulminant

Nan mais regardez-les … il suffirait à peine de les comparer même à des kilomètres de distances pour voir qu’ils étaient totalement opposé. Leur physique, quoi que grand et leur caractère, quoi que têtu. Puis cette façon de regarder tous ce qui traverse votre regard et de fulminer au moindre imprévu.
Kaoru se demandait si le coup sur son front ne lui avait pas détruit quelques neurones au passage. Nan mais pour qui se prenait-il pour lui balancer ses choses sans attendre son reste.


Ne pourriez-vous pas me regarder à nouveau en face pour que je puisse vous répondre au lieu de me tourner le dos comme un lâche ? hurla-t-il sans reconnaître ses propres dires

Depuis quand Kaoru avait du mal à garder son calme face à une telle situation ? Pourquoi ne parvenait-il pas à se maîtriser comme il pourrait le faire d’habitude ? Peut-être parce que l’imprévu était beaucoup trop important … Il aurait bien voulu se disputer avec une autre personne que lui. Le jeune blond se mit alors à courir vers lui pour le rejoindre, prenant au passage une feuille qui venait de s’échapper de l’ordinateur du jeune homme. Arrivant alors à sa hauteur, il lui barra presque le chemin en disposant devant lui une certaine distance. Comme si elle fut nécessaire à cet instant entre ses deux personnes.

C’est alors que Kaoru eut l’occasion d’observer le Yoshii qu’il cherchait. Jamais il n’avait eu l’occasion de regarder des yeux aussi vide de sensations jusqu’à ce jour. Un frisson se répandit sur tous le long de sa nuque tandis que ses 2 lagons bleus ne pouvaient regarder autre chose que ses yeux. Ses traits semblaient être flous et Kaoru fronça légèrement les sourcils sans le tendre le papier que Yoshii venait de laisser échapper.


Mais peut-être êtes vous un peu trop égocentrique pour cela. Certes, j’ai eu ma part de faute pour voir avoir bousculer ainsi mais peut-être aurait-ce été plus sage de votre part de ne pas me répondre de cette façon et ne pas envenimer les choses inutilement. N’avez-vous aucune patience Yoshii ?

Se rendant compte qu’il venait de laisser passer son prénom par ses lèvres alors que le jeune homme ne devait sûrement pas savoir le sien, Kaoru arqua un sourcil en se pinçant les lèvres de sortes qu’elles ne soient réduites qu’à de petites fentes. Son regard retomba pourtant vers la feuille de calcul qu’il avait entre les mains. Est-ce donc de chiffres que le brun occupait ses journées au point d’en être inhumain ? Ses iris remontèrent alors progressivement vers la silhouette du jeune homme, glissant sur des traits qui trahissaient une certaine irritation qu’il crut comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Lun 5 Mai - 10:57

Ravalant sa grimace en apercevant au loin un petit groupe de badauds s'avançant en sa direction, Yoshii sortit la main de sa poche pour resserrer sa cravate. Comment cet homme avait-il pu se permettre de lui parler ainsi ? Sans tourner la tête, il glissa son regard vers la gauche, comme pour tenter de vérifier qu'il ne le suivait pas. Il était hors de question de recroiser un jour une personne pareille. Sans compter que son allure extravertie ne ferait que périr son image. Secouant légèrement la tête pour chasser des mèches éparses de ses cheveux qui l'agaçaient à présent, Yoshii resserra sa poigne sur sa mallette. Tout ce qu'il avait en tête, et bien qu'il aurait voulu le chasser pour pouvoir se reconcentrer sur des choses bien moins futiles que cette rencontre, était ce regard aux éclats de l'azure qui l'avait tant marqué. Depuis quand suffisait-il qu'il croise un regard pour sortir de ses gonds, lui qui ne s'énervait jamais en public ? Avant même qu'il ne puisse se poser quelconque autre question, Yoshii s'arrêta brusquement en entendant la voix de l'inconnu qui hurlait presque. Crispant les mâchoires et haussant les épaules pour enfoncer son menton dans le col de sa chemise, il manqua de pester contre cet imbécile qui venait d'attirer sur eux l'intention de toutes les personnes réunies en cet endroit. Ce qui aurait pu être une bonne chose si cela n'avait pas été pour le traiter de lâche... Sans même se retourner, se retenant de fulminer d'indignement, Yoshii ne tarda pas à renchérir en évitant bien entendu de hausser le ton.

- Je ne vois pas l'intérêt de poursuivre cette discussion avec vous. Considérer un sujet aussi futile que celui que nous venons d'aborder comme clos provient-il de la lâcheté ? Permettez-moi d'en douter...

Ceci dit, Yoshii reprit contenance et, après un rapide regard autour de lui pour vérifier que plus personne ne l'observait à cet instant, il se remit en marche. Mais à peine eut-il fit un pas en avant qu'il fut obligé d'en faire un en arrière, surpris par la vivacité du personnage qui vint se poster devant lui, le défiant presque de le contourner à présent. Fronçant les sourcils, il fut presque vexé de l'action de cet homme bien prétentieux pour ainsi oser lui couper la route. Que lui voulait-il encore ? Pourquoi ne pouvait-il pas le laisser s'en aller pour qu'il puisse retrouver le calme et le repos de son appartement afin d'oublier ce fichu regard qui plongeait à présent dans le sien ? Qu'est-ce qu'il pouvait emmerder la politesse et ses règles qui l'obligeaient qui plus est à le soutenir... à l'affronter. Relevant légèrement le menton pour pouvoir faire aisément face à cet individu, Yoshii serra discrètement les dents pour contenir son verbe qui menaçait d'échapper à tout contrôle à cet instant. Voilà qu'il le traitait d'égocentrique à présent !

- Excusez-moi mais... qui êtes-vous pour me juger de cette façon ? Ne vous a-t-on donc jamais appris le respect ? reprit calmement Yoshii, serrant le poing sur sa mallette pour ne pas montrer qu'il fulminait, en réalité, de colère.

Soupirant d'un air lassé, il baissa l'espace d'un instant le regard vers sa montre et constata avec amertume qu'il était déjà en retard. Et le voilà coincé avec un abruti pareil pour la simple et unique raison que ce personnage l'intriguait bien trop pour accepter de partir maintenant ! Fichu journée. Voilà qu'elle le distrayait. Il aurait tout vu. Et ce n'est qu'à cet instant précis qu'il se rendit compte que son prénom s'était échappé de la langue trop pendue de l'homme...


- Yoshii ? Bien.

Déposant avec une brutalité bien nouvelle sa mallette sur le banc qui se trouvait à côté d'eux, Yoshii se défit de son veston, de sa cravatte et ouvrit les boutons du col de sa chemise pour supporter cette chaleur infernale qu'il aurait, de toute évidence, à subir encore quelques minutes à présent. Déposant toutes ses affaires sur le banc, il indiqua à l'homme de prendre à son tour ses aises car, ainsi en était-il, il était bien décidé, à son tour, de ne pas laisser filer l'individu de cette façon.

- Ne tournons pas autour du pot. Dites moi qui vous êtes et ce que vous me voulez. Je n'ai pas de temps à perdre, dit-il d'un ton qui, bien que froid, ne perdait pas de son calme.

Et ce visage l'attirait tellement qu'il n'avait même pas remarqué la feuille qui s'était échappé d'un dossier et qui était à présent tenu entre les doigts longs et fins du personnage. Quelque chose, une pensée futile s'évadant du fin fond de son esprit, lui disait que son horoscope n'avait pas menti... et un maigre et curieux sourire s'empara de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Lun 5 Mai - 12:44

Il semblait que Yoshii avait un sens très aigue de la réplique et il fallait dire que ce la n’était vraiment pas du tout pour lui déplaire. Après tout, n’était-il pas plus plaisant de converser avec une personne plutôt que de la voir hocher la tête et avaler ses paroles sans aucun échange? Oui car même au delà d’une dispute, l’échange d’idée et de simples paroles étaient toujours de la partie … s’apportant mutuellement des choses et un savoir.
Pourtant, lorsqu’il s’était rapproché du jeune homme, le blond avait longuement hésité à ne pas reculer d’un pas en voyant le regard rouge marron de son protégé. Ce marron dont il ne savait comme s’en défaire ni comment calmer à l’heure qu’il était. Il fallait dire qu’il l’avait agréablement bien provoqué. Et même peut-être un peu trop. Devrait-il pourtant faire un pas en arrière pour éviter son coup de poing qui n’allait pas attendre plus longtemps pour partir?
De la part d’un protégé, Kaoru ne pourrait pas riposter… il savait que sa venue était dans le but de le protéger et pas de l’abattre comme un simple chat errant. Et en voyant le regard et la posture de Yoshii, Kaoru devait presque s’attendre à voir jaillir des épées de ses iris pour le trancher en milliard de morceaux éparpillés sur le sable qu’ils foulaient.

Kaoru entreprit alors de se calmer et de respirer calmement tout en écoutant les dires du jeune homme. Oh le respect … il fallait dire qu’ils s’en étaient manqué mutuellement, quoi que Yoshii n’avait pas perdu une seconde pour instaurer un jeu qui pourrait devenir incessant. Mais il n’était pas venu pour lui arracher les cheveux de la tête .. Surtout pas d’aussi beau cheveux d’ailleurs. Pinçant à nouveau ses lèvres pour s’empêcher de dire quelque chose qu’il risquerait de regretter en mettant tout ses plans à terre, Kaoru attendit patiemment qu’il termine de fulminer contre lui.
Pourtant, lorsque le brun posa ses affaires à terre en dénouant sa cravate en plus des premiers boutons de la chemise, Kaoru se rendit compte qu’il devait certainement avoir déjà passé une mauvaise journée et que sa venue pourrait sûrement être la goutte de trop. Mais maintenant que les choses venaient d’être amorcé par un prénom qu’il n’était pas sensé connaître, il fallait aller jusqu’au bout … quitte à répondre à des questions interdites ou à supporter le caractère de chien de son protégé.

La blond ne se gêna alors pas le moindre du monde à faire un autre pas vers lui. La distance les séparant n’était alors qu’une poignée de main qu’il aurait volontiers tendu pour la lui serrer et se présenter convenablement. Pourtant, ce fut un silence qu’il instaura à sa suite alors que Yoshii semblait pressé d’en finir. Loin d’être idiot … mais encore heureux qu’il ne lui avait pas simplement demander comment il connaissait son prénom. Kaoru aurait eu du mal à lui avouer qu’il était tout simplement écrit au dessus de sa tête [DN POWA !].
L’envie de plonger dans ses yeux fut tellement forte qu’il ne se fit pas prier pour redevenir d’un sérieux pas possible tout en se rendant compte que le couché du soleil dans les nuages se reflétaient encore plus dans ses yeux. Comment pouvait-on avoir un regard aussi omnibulant sur terre? Y avait-il un remède pour ne pas avoir à plonger dedans sans avoir été préparer à tous cela?

L’endroit semblait presque inapproprié pour tous lui dire … mais en même temps, le grand air lui ferait beaucoup plus de bien que si Kaoru l’avait invité dans un bar pour lui expliquer dans un volute de fumée qui il était. Le blond se fit presque hésitant mais d’un sérieux qu’il devait retrouver à travers toutes les paroles acerbes qu’il s'était jeter.


Je m’appelle Kaoru Sukinoto … commença-t-il avec une pointe de peine en prononçant son nom de famille

Il aurait pu tout simplement lui dire qu’il s’appeler Kaoru, cela n’avançait pas Yoshii dans ses futures recherches ou même la réponse à sa question. Mais celle-ci semblait si compliqué. Peut-être aurait-il du se préparer davantage à cela plutôt qu’à la rencontre en elle-même.


Yoshii … ajouta-t-il en puisant très soudainement une force dans la simple évocation de son prénom

Il laissa alors la feuille qu’il avait entre les mains sur le banc, près des affaires de Yoshii qui devait plus avoir envoie de se détendre qu’autre chose. Il inspira un bon cou avant d’affronter à nouveau son regard, le plantant presque férocement pour ne pas avoir à lui redire 3 fois la même chose, si jamais il était sourd.


Je suis mort depuis quelques années … mais je suis revenu pour te protéger parce que ma condition d’ange me le permet. Mais surtout parce que je n’ai pas envie que le mal arrache ton regard que j’ai longuement attendu ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Lun 5 Mai - 13:24

S'il y avait bien une chose qu'il ne pouvait supporter, c'était la manie qu'avaient ses interlocuteurs de toujours se rapprocher considérablement de lui, au cas où il serait mal-entendant par exemple. Or Yoshii était loin de l'être et, après avoir retrousser les manches de sa chemise, il hésita un long moment à planter un doigt sur le torse de cet homme pour qu'il recule de quelques pas. Sans compter que, de là où il se trouvait, il avait presque l'impression de sentir les vibrations de son corps tant tout lui semblait irréel en lui, de ses yeux trop bleus à ses cheveux trop blancs. Et ce regard trop vif... qui s'enfonçait encore si loin dans le sien. Hésitant un nouvel instant, ne sachant se décider entre reculer et le faire reculer, Yoshii resta finalement immobile, soutenant avec une candeur insolente les yeux de cet étrange homme.

Kaoru Sukinoto ? Ce nom ne lui disait rien. Cette nouvelle eut le don de l'irriter. Comment se faisait-il que cet homme le connaisse sans que lui-même ne reconnaisse ne serait qu'un caractère de son nom de famille ? Il l'agaçait de plus en plus, surtout avec cet air sérieux qu'il entreprenait. Généralement, cela n'annonçait rien de bon. Soit c'était du travail qu'on lui apportait en plus et que, en vu du monde qu'il y avait dans le parc, il serait forcé d'accepter ; soit c'était pour lui supplier une aide financière ou sociale. Dans tous les cas, cela l'embêterait considérablement, et encore, le termes est bien faible. Yoshii croisa les bras sur sa poitrine et désancra son regard sien. Que la politesse aille se faire voir, il ne supporterait pas d'avoir encore affaire à ce regard plus longtemps. S'il était déjà bien de mauvaise humeur, ce dernier fait ne faisait que l'empirer.

Yoshii ? Il se retint de taper du pied. Il avait bien compris qu'il connaissait son prénom, mais était-ce la peine d'en user ? Quelle impolitesse ! Il ne manquerait plus qu'il se mette à le tutoyer. Cherchait-il réellement à provoquer sa fureur ? Si cela se trouvait, il cherchait tout simplement à l'ennuyer en cette fin de journée et à le mettre à rude épreuve. En observant le sol, puisque c'était tout ce qu'il voyait à présent, Yoshii pouvait remarquer que leurs pieds étaient très proches les uns des autres et que, en réalité, l'inconnu tout comme lui, avaient adopté une position presque de défense, avec le dos légèrement reculé comme pour s'éloigner sans le montrer. Ce détail lui arracha un maigre sourire, n'inspirant en aucun cas une quelconque once de gentillesse. Sourire qui disparu bien vite lorsque Kaoru, puisqu'ainsi s'appelait-il , reprit la parole...

Mort ? Ange-Gardien ? Avait-il réellement entendu ses mots ? Les yeux arrondis à la taille de deux soucoupes, Yoshii entrouvrit les lèvres pour laisser filer un souffle bien trop brûlant à cet instant. Refusant de relever son regard, il resserra l'étreinte de ses bras autour de sa taille pour ne pas hoqueter de surprise. Les paroles de Kaoru circulèrent dans son cerveau à une vitesse incroyable, si incroyable qu'il eut l'impression qu'il allait chuter en arrière à défaut de vouloir tenter de la suivre. Avait-il donc eu raison de se poser tant de questions ? Le paradis existait réellement ? Ce n'était pas possible... Cet homme mentait. Comment pouvait-il le croire ? Lui qui le tutuoyait à présent...

Soudainement, alors que, le souffle court, il avait été immobile un certain moment, Yoshii renversa la tête en arrière et éclata d'un rire qu'il ne se gêna pas pour faire résonner dans le parc. Un rire à la fois fin, presque enfantin, et très appuyé en même temps, marquant le petit côté forcé de la chose. Quel imbécile ! Il s'était complètement laissé berner. Cet homme était en train de fabuler, ou se prenait pour le nouveau clown du siècle. Dans tous les cas, il avait été sa victime. Une victime parfaite et c'en était presque offusquant. Se calmant de son rire, en gardant tout de même une cicatrice s'étalant le long de ses lèvres en un sourire n'exprimant rien qui approchait de loin ou de près la gentillesse, Yoshii rabaissa le menton pour planter son regard dans ce lui de Kaoru.


En plus d'être agaçant, Sukinoto-san, vous êtes en train de me faire perdre mon temps. Vous avez une imagination très intéressante... qui pourrait en effet être exploitable. Mettez vous à l'écriture, par exemple, répondit-il au bout d'un moment, le ton amusé.

Puis il hésita un moment à partir définitivement. Après tout, s'il pressait le pas, il pourrait quitter cet endroit avant que ce maraud ne le rattrape pour lui déballer il ne savait quelles autres sornettes. Mais, en même temps, cette discussion l'intéressait particulièrement, sans savoir ce qui le faisait s'accrocher ainsi à des mots qui ne collaient pas ensemble... Oui, c'était insongeable. Yoshii fronça légèrement les sourcils. L'idée lui avait plusieurs fois traversée l'esprit mais... Cet homme se fichait de lui, là se résumait la situation. Et il ne pouvait pas tolérer ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Mar 6 Mai - 11:20

Les choses semblaient alors se corser encore plus que prévu. Quoi qu'il n'avait déjà rien prévu de toute façon. Mais il était clair qu'un simple mortel ne croirait pas à de pareilles sottises ... après tout, n'avait-il pas eu lui même la même réaction lorsqu'il eut apprit qu'il était un ange? Cet être non vivant et pourtant doté d'ailes divines pour aller prendre soin d'un humain ... se rendre tout simplement visible à leur yeux, quitte à bousculer leur moeurs. C'était peut-être bien cela le plus difficile ... changer quelqu'un qui était déjà bien encré dans un système qui refusait catégoriquement tout évènement non scientifiquement prouvé.
Yoshii semblait passer d'une rage sans nom à un effarement du même type. Kaoru se sentit alors parfaitement niais devant une situation dont il maîtrisait juste les bases. Pourquoi n'avait-il pas finalement pris la peine d'aller à l'église pour aller voir ses semblables? Peut-être parce qu'il voulait se débrouiller tout seul, quitte à retomber par terre pour en apprendre d'autres leçons. Il put ainsi apprendre de lui même à lire dans le regard du jeune homme sans que quelqu'un d'autre ait à lui expliquer le déroulement de l'affaire.

*Allons-y au feeling comme qui dirait*

C'est alors qu'un rire presque vrai puis sarcastique s'éleva tout près de lui, le ramenant sur le fait qu'il avait osé dire des paroles beaucoup trop simpliste pour l'esprit de Yoshii. Il était clair que celui ci s'attendait à présent qu'on lui dise "poisson d'avril" en plein mois de mai ou peut-être des caméras cachés. Kaoru soupira doucement, sachant pertinemment que la tâche allait être dure. Mais la seule façon de ne pas tourner autour du pot serait de lui prouver ses dires.


Je ne vous mens pas Asano-kun et je n'oserais vous tourner en bourrique surtout...
reprit-il d'une façon aussi poli que lui

Se sentir comme l'égal de celui à qui on parlait. Sans familiarité mais avec un respect qui frisait l'ironie. Kaoru commençait à comprendre la distance que mettait le jeune homme face à ses semblables. Mais l'ange blond était loin d'être son semblable. Certains changements allaient être éprouvant pour la suite.


Et si vous ne me croyez pas, vous n'avez qu'à prendre cette lame et m'entailler le bras si cela vous chante. Vous verrez que je suis loin d'être humain à présent ...

Solution certes radicale. Mais pour accompagner ses dires, Kaoru baissa les yeux vers la poche de sa veste, rompant le contact visuel avec le jeune humain. Pourtant, l'oeil parfaitement vif, il aurait pu détecter le moindre mouvement de sa part. Ses mains rentrèrent en contact avec une masse froide qu'il tendit à Yoshii sans aucune peur. Le canif tendu, il espérait que l'absence d'autres humains qui se propageait progressivement autour d'eux soit constante jusqu'à la fin de cette conversation. Kaoru ne devait se dévoiler qu'à ses yeux. Il n'était qu'à lui.

Se redressant à nouveau sur toute sa hauteur, dans une posture aussi défensive que celle que Yoshi venait d'adopter face à lui, Kaoru se rendait compte que sa vision venait de changer très soudainement. En temps normal, il avait une vue aussi parfaite qu'un humain. Mais depuis qu'il avait rencontré le regard du jeune comptable, le reste devenait fade. Et maintenant... il parvenait presque à percevoir ses ondes de fureurs et d'incompréhension émaner de son corps. L'ange blond semblait avoir et reconnaître de plus en plus de sensation en ayant Yoshii devant lui.
Son regard se fit alors un peu plus présent, beaucoup plus bleus qu'à l'accoutumer. Ses traits se tendirent distinctement alors que la seule image qu'il avait de Yoshii à présent était ce mince sourire qui s'était installer brièvement sur ses lèvres précédemment. Des lèvres si fines qui disparaissaient très souvent face à un regard avec autant de puissance ...


Tout comme vous, je ne perdrais pas mon temps à vous retenir pour des futilités. Peut-être un jour voudriez-vous avoir plus de détails sur notre histoire mais je vais vous en raconter les grandes lignes...

Il hésita alors à prendre place sur le banc en poussant quelque peu les affaires de Yoshii vers le bord. Mais il se doutait qu'une discussion aussi importante requérait toutes ses forces. Il ne devait pas briser son attention par un geste beaucoup trop brusque.

Après la mort, plusieurs possibilités s'offrent à vous ... vous avez le choix de renaître, d'arrêter le cycle si vous avez un bon karma, d'être un ange pour vous porter garant d'un vivant en danger ou d'un démon si votre âme est souillé et en réclame d'autres en piochant dans les humains ...
Pour des raisons que l'on ignore, ce choix vous est dicté juste après votre mort sans droit de rappel ... on m'a forgé mes ailes et c'est en cherchant une personne pour qui je saurais me porter garant que je vous ai vu ... Asano-kun, vous qui m'avait sauté aux yeux avant même de vous avoir heurté.

Vous êtes une âme que je me dois de conserver en restant avec vous. Je risque ma propre vie si je vous perds alors que votre conscience ou inconscience vous mène tout droit au pied d'un démon. Je n'aurais pas à vous dire ce que vous avez à faire mais vous savez à présent que je ne vous lâcherais pas d'une semelle.


Kaoru n'osa en dire un peu plus sur le sujet. Après tout, il avait dit l'essentiel, mais il savait que Yoshii était un homme sensiblement curieux face à la nouveauté. Cet esprit si ouvert qu'il avait était sûrement une des principales causes de son choix. Du choix de son protégé. Le blond lui tendait toujours la lame d'une main se terminant sur des doigts aussi fins et parfaits qu'une poupée de porcelaine. Reprenant l'assurance et la confiance qui semblait avoir baissé quelques instants avant, Kaoru fondit à nouveau ses yeux dans les siens, sachant aussi pertinemment que Yoshii déteste qu'on lui tienne tête aussi farouchement. Surtout d'un regard.

Et n'allez pas surtout croire que je vous sers de chien de garde. Il est hors de question que je cire vos chaussures claqua-t-il pourtant après son monologue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Mar 6 Mai - 12:16

C'est au fond de ses prunelles aux cristallines couleurs qu'il observa les teintes orangées du soleil qui s'apprêtait à se coucher. Il emportait avec lui les derniers badauds arpentant le parc, les derniers chants d'oiseaux ainsi que les dernières chances de Yoshii de regagner son lieu de travail pour y récupérer les derniers documents qu'il voulait boucler le soir-même. Le ciel, bien que s'affaissant encore sous la puissance des rayons du soleil couchant, s'assombrissait quelque peu. Pourtant, Yoshii avait la désagréable impression qu'il était en train de fondre sous la chaleur. Était-ce la colère qui réchauffait ainsi ses muscles ? Était-ce cette proximité avec ce fou qui, de ses ondes négatives, lui prodiguait cette soudaine sensation d'enfermement ? Tout, depuis la bousculade, était étrange. Et cela ne faisait que lui plaire et lui déplaire simultanément, au point de ne plus savoir s'il devait croire ou non cet individu qui lui tenait encore tête.

Yoshii fronça légèrement les sourcils. Voilà qu'il l'appelait Asano-kun. Non seulement il connaissait aussi son nom de famille, mais en plus, il se permettait de sous-entendre une affinité naissante entre eux. Quelle prétention ! Qu'est-ce qu'il pouvait l'agacer, lui, avec ses yeux bleus... Profitant du fait qu'il détournait son regard pour en faire de même avec le sien, il scruta les alentours pour vérifier que personne ne les observait d'un quelconque œil intéressé. Après tout, on ne pouvait pas dire qu'ils faisaient preuve de discrétion dans ce paysage. Non seulement, ils étaient évident qu'ils venaient de deux milieu différents, mais en plus, ils ne semblaient avoir aucun point commun, aussi bien physique que moral. Ce n'est qu'alors que Kaoru lui fit une nouvelle proposition ; proposition qui eut le don de pousser Yoshii à tourner brusquement le visage vers lui, à s'en faire un torticolis. Fronçant les sourcils, il observa d'un nouvel œil l'homme qui se tenait devant lui. Était-il complètement fou ? Yoshii regarda à nouveau rapidement autour de lui et décroisa les bras pour légèrement pousser Kaoru en arrière.


- Sukinoto-san ! Rangez-moi cela de suite ! Vous êtes complètement fou ! Murmura-t-il dans un souffle rapide en parlant de la lame qu'il ne faisait qu'imaginer entre ses doigts blanchâtres.

C'était décidé. Cet homme avait perdu la boule. Quelle autre explication y avait-il pour justifier le comportement d'un individu proposant à un parfait inconnu de lui entailler le bras ? Vérifiant une dernière fois que personne ne les regardait, Yoshii recula d'un pas pour saisir son veston dans un geste sec. Son regard se referma à nouveau, ne laissant aucune trace d'émotion le faire pétiller d'une quelconque lueur pitoyable pour assombrir l'entierté de son visage. Mais alors qu'il voulu reprendre la parole pour assener à cet étrange personnage l'ordre de mettre un termes à ses lubies pour le laisser partir, Kaoru reprit la parole et son fichu respect lui imposa le silence, ainsi que l'écoute. Mais au lieu de lui faire face, Yoshii s'écarta de quelques pas, en direction du bord du sentier et tourna le dos à celui qui se prenait pour un ange-gardien, afin de pouvoir baisser la tête et croiser à nouveau les bras sans qu'on y distingue là un quelconque espoir de réflexion au sujet.

« Notre histoire » ? Il n'y aurait jamais de nous. Yoshii avait sa propre histoire et jamais, ô grand jamais, il n'accepterait de la partager avec le premier venu qui lui annoncerait être son ange gardien. Son histoire était la sienne. Et elle le saurait toujours. Comment pouvait-il avoir la prétention d'en avoir déjà pris un bout ? Pourtant, quelque chose le forçait à écouter cet homme... et son histoire de vie après la mort. Scientifiquement, c'était complètement impossible. Mais... l'histoire n'avait-elle pas été marquée par cette idée ? Combien d'hommes, combien de grands hommes avaient vécu dans cette idée de renaissance ?

Soudainement, Yoshii eut du mal à respirer pendant quelques secondes. Il releva brusquement le menton, les yeux arrondis tels deux spirales, les lèvres légèrement entrouvertes pour pouvoir récupérer un semblant de souffle. Le cœur battant à tout rompre, il se souvint soudainement... Sukinoto. Ce nom, il le connaissait. Du moins l'avait-il connu un jour... il y avait cinq, six ou même sept ans. Il n'en savait plus rien. Pourtant, Yoshii se revoyait devant la télévision en compagnie de ses parents. Lylhia était en train de rappeler à Yasu qu'il serait peut-être temps de songer à prendre des vacances... jusqu'à ce que le programme qu'ils regardaient distraitement ne soit interrompu par un flash spécial.

« Mesdames, messieurs, bonsoir ! Nous avons apprit depuis quelques minutes qu'un accident grave est survenu au niveau de l'autoroute 500 vers le sud de la ville. »

Cette horreur avait fait un scandale dans la ville. Il y avait eu plusieurs victimes. Une vingtaine, si sa mémoire était exacte. Il n'avait retenu que quelques noms... ou plutôt, un seul nom. Devait-il commencer à croire au destin à présent aussi ?

Grimaçant, Yoshii grogna pour faire taire Kaoru. Comment... comment ! Ce n'était pas possible. Ce n'était pas lui. Sukinoto était un nom assez commun à Kimyoo... et pourquoi lui ? Qu'avait-il de si spéciale ? Soudainement, son regard s'assombrit. Et c'est un curieux sourire, presque affreux, qui prit possession de ses lèvres...

Mais bien sûr...


- Des cireurs de chaussures, j'en croise à longueur de journée, Sukinoto-san. Ne vous inquiétez pas pour ça... et cessez de gaspiller votre salive. murmura-t-il enfin, sur un ton soudainement très assuré.

Les lèvres arquées en un sourire loin d'être bienveillant, Yoshii releva la tête et se retourna, lentement, pivotant sur ses talons en faisant crisser le gravier. Sans relever son regard vers Kaoru, il se dirigea vers le banc pour y saisir ses affaires. Il enfila son veston sans tarder, rangea sa cravate dans sa mallette, l'empoigna et se tourna vers Kaoru.


- Bien. Je vous prierai de me suivre jusqu'à chez moi. Je ne tiens pas à ce qu'on nous voit ensemble une seconde de plus, ni à ce qu'on nous entende. Nous allons prendre un taxi.

Ceci dit, Yoshii le contourna et se dirigea vers la sortie du parc d'un pas vif, sans donner le temps à Kaoru de réagir. Il plissa les yeux, toujours armé d'un curieux sourire... Ainsi donc ne s'était-il jamais trompé en supposant une vie parallèle. La vie céleste. Se retenant de relever le regard vers la toile presque noire qui s'étendait au-dessus d'eux, Yoshii bifurqua sur sa droite pour traverser le portail sans même y porter une seule attention. Il ne s'était cependant jamais douter qu'elle était composée d'ange gardien qui veillaient sur les humains. Et voici qu'un d'eux l'avait prit sous son aile. C'était parfait... c'était terriblement parfait ! Ricannant de l'intérieur, Yoshii leva la main pour interpeller un taxi et, taisant son sourire, jeta un regard au-dessus de son épaule pour appelle Kaoru.

- Sukinoto-san ! Je sais que vous vous en contre fichez, vous qui êtes déjà mort, mais moi, mon temps est compté !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Mer 7 Mai - 12:20

Le simple fait de sortir la lame eut pour effet de faire revenir Yoshii le plus humainement possible vers lui. Oh bien sur, sa réaction fut beaucoup plus vive que prévu vu qu’il n’avait pas hésité à tendre ses mains devant lui pour repousser Kaoru dans son geste. Mais l’ange blond fut beaucoup plus rapide que lui en s’écartant plus vite que lui, évitant le moindre contact physique avec lui. Cela faisait bien longtemps que Kaoru n’avait pas envie d’être toucher aussi violement, sauf quand il en donnait la permission et il était certain que cette condition ne changerait pas aujourd’hui.
Son regard dévia alors vers le canif qui replia dans l’étui pour le laisser tomber au fond de sa veste. Si ce simple fait ne repoussait plus Yoshii dans la compréhension de ce qui se passait, Kaoru était prêt à retrancher ses défenses pour lui. Mais tout aussi soudainement, le jeune blond se gifla mentalement pour avoir penser pareille chose à cet instant. Comment osait-il déjà se dire qu’il ferait tout pour quelqu’un qu’il n’avait jamais connu avant?Kaoru se disait déjà qu’il aurait fait un bon ange déchu ... quelqu’un qui ne voudrait déjà plus prendre un humain sous son aile.
Il ne savait que trop bien à quel point il était vil de l’intérieur ... il ne connaissait pas Yoshii mais ses réactions laissaient passer une démence que Kaoru avait du mal à saisir à cet instant. Surtout qu’après ses paroles, celui ci semblait être plonger dans un silence de réflexion, loin de Kaoru. Il le regardait ce mouvoir jusqu’à la bordure, frôlant fleurs et herbes loin du sentier. Une silhouette que le jeune blond n’avait tellement pas fait attention depuis le haut du ciel.
Avait-il déjà fait attention au fait que le vent soulevait les cheveux de sa nuque, laissant paraître un col serré ou presque où sueurs perlaient? De cette chemise bien repassé mais plissé par endroit au niveau du dos, comme s’il s’était trop appuyé sur son dossier, se calmant d’une situation? De ses doigts qui frôlaient son pantalon lorsqu’il marchait... des doigts qui semblaient prendre tout énervement sur eux pour ne pas craquer?

Les pieds joints, Kaoru pivota vers lui alors que l’insaisissable envie de poser ses mains sur son épaule vint le posséder. L’envie de le déstresser d’un massage sur les points tendus de sa nuque. Mais il savait que s’il commençait à frôler sa peau, Kaoru n’allait plus pouvoir se passer de saisir son menton entre ses doigts pour continuer à le regarder dans les yeux. Ses ondes qui transpiraient de son corps et ses couleurs qui s’en échappaient ... du rouge ... puis du bleu. Du rouge pour la colère et du bleu pour un calme impressionnant. Mais au delà de toute encontre, ce fut du orange qu’il vit presque ensuite autour de lui. Ce mélange de colère, d’ambition noire que Kaoru ne sut définir. Il n’avait point l’habitude de saisir avec exactitude ce code de couleur qui de toute façon changeait avec la personne concernée ...

Il se réveilla pourtant de sa torpeur lorsque le brun pivota sur lui même sans le regarder outre mesure. Et pourtant, lorsque le regard de Kaoru se porta à ses lèvres, il put voir durant quelques secondes un sourire qu’il n’aurait aimé jamais voir sur son visage. Cette impression que Yoshii venait de gagner une partie. L’ange blond en fronça presque les sourcils lorsque Asano-kun se mit à prendre sa veste et prendre le chemin de la sortie.
Il se rendit pourtant compte de cette phrase si pourvu de sens qu’il avait eu le cran de le lui dire le dos tourné. Cette phrase qui lui donna pourtant un léger frisson dans le dos. Pas sur le fait que Yoshii se mettait à lui dire de ne plus parler inutilement, mais le simple fait qu’il avait déjà connu des cireurs de chaussures dans la vie.
Kaoru semblait alors être un objet entre ses mains et cette impression ne lui plut pas la moindre du monde. Alors qu’il partait en lui disant qu’ils se dirigeraient vers chez lui, le jeune ange blond resta un moment sur place ne sachant comment réagir.
Evidement, il était clair que les choses n’allaient pas être facile, mais il semblait que Yoshii l’acceptait presque comme un évidence. Avait-il porté finalement des espoirs sur des choses tout à fait surnaturel? Il l’acceptait peut-être même un peu trop. Kaoru se demanda s’il ne s’agissait pas d’un test. Sentant alors que le jeune brun s’éloignait beaucoup trop vite à son gout sans qu’il ne puisse y ajouter le moindre mot pour le moment, Kaoru bondit sur ses pas pour le suivre jusqu’à arriver à son hauteur lorsqu’il héla un taxis dans la grande route.

Sa dernière phrase fit alors hérisser les poils de son échine. Il osait lui rappeler qu’il était mort et que son éternité n’était pas un problème pour lui alors que Yoshii a un temps précieux et court. Kaoru fronça les sourcils pour finir par les arquer avec un aisance dissimulée tout en regardant le taxis s’arrêter devant eux.


Je vous prierais de vous adresser à moi dans le respect que vous me devez. Sinon, je me devrais de vous traiter comme un enfant de 6 ans que je dois garder comme baby-sitter claqua-t-il soudainement

Et il sentait très bien que Yoshii n’était pas du genre à vouloir avoir un chaperon jusqu’à ce qu’une mort naturelle l’en emporte. S’il voulait que les choses se passent bien entre eux, Kaoru devait lui fixer quelques limites avant que sa condition lui porte préjudice. Nan mais qu’est ce qui lui était passer par la tête pour le choisir lui?

Kaoru, poli et galant ouvrit pourtant la porte du taxi pour que Yoshii puisse y hisser ses affaires et s’y installer. Il attendit que le jeune homme s’y engouffre en la fermant derrière lui et faire le tour de la voiture pour ouvrir l’autre porte et s’installer à l’arrière, à l’écart du jeune homme.
Si son temps était précieux, il était clair qu’il ne voudrait pas perdre son temps ici alors que du travail l’attendrais à la maison. Kaoru semblait à présent hésitant face au rôle qu’il devait à présent jouer pour Yoshii. Il était loin d’avoir envie de le materner et s’il le devait, l’ange blond aimerait beaucoup jouer le rôle du chieur pour le sortir de ses gonds. Non ... ce n’était pas très plaisant de faire une telle chose sous son toit.
Inévitablement, Kaoru était rattaché à lui et ne pouvait le laisser tomber par pur dette. Ce que Yoshii ignorait depuis le début, c’est que l’ange avait le droit de déserter et de le laisser mourir pour aller en protéger un autre ... en changeant sa condition en ange déchu. Mais connaissant même à peine Yoshii, il savait que ce dernier lui rétorquerait “ eh bien partez, rien ne vous retiens ” et dans ce cas là, Kaoru n’aurait aucune envie de lui dire pourquoi il resterait toujours.

Dans ses pensées défilant comme les images à travers la fenêtre, Kaoru gardait un calme impressionnant en restant dans cette voiture, dernier endroit où il a été vivant quelques années auparavant. Il aurait pu se sentir mal à l’aise surtout qu’il ne savait point où le jeune homme allait à présent.
Mais dans ses pensées, il ne put que retenir le sourire sarcastique du jeune homme, qui gâchait tant un regard qui en disait terriblement long. Lui et ses yeux rouge-marron. Cette pensée l’agaça au plus au point et il sentit sa température corporelle augmenter soudainement. Et Yoshii devait certainement le ressentir aussi de son coté. Pourtant, il ne put parler en présence d’un autre humain près d’eux. Se retenant d’exploser au visage du brun, Kaoru soupira calmement. Il n’osait faire partager ses idées avec le jeune brun. Pourtant, il le fit après 10 min de réflexion.


Je ne sais pas encore ce que vous mijotez Yoshii mais il est certain que je vous tiendrais tête tant que j’ai encore mes ailes. J’ai un sérieux avantage sur vous ... ma vie est encore longue et pleine de surprises. Pas vous.

Kaoru se pinça doucement les lèvres alors que son regard erra sur sa droite, croisant le regard de Yoshii. Il ne savait s’il l’avait perturbé dans ses propres pensées mais l’ange blond semblait soudainement pressé de faire le point sur ce sourire qui le hantait encore. Il n’avait pas prévu toutes ses choses. Enfait, il semblait presque se dire qu’il se complaisait dans leur dispute. Beaucoup plus virulent peut-être mais au moins, Yoshii n’aurait pas à agir d’une façon aussi étrangement dément avec lui.

Inutile de dire que Kaoru venait de perdre sa liberté. Mais il était hors de question qu’il soit le seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   Jeu 8 Mai - 2:06

Kaoru Sukinoto.

« Je risque ma propre vie si je vous perds »

Voilà exactement ce qu’il lui fallait. Une protection céleste qui le rendait intouchable. Yoshii plissa les yeux, avisant la silhouette de l’ange qui regagnait lentement la sortie du parc. De quelle façon comptait-il le protéger, il n’en savait rien. Pourtant, il était persuadé qu’il ne faillirait pas à sa tâche. Sa fierté semblait avoir atteint un stade que la sienne était encore loin d’égaler et cette seule évidence suffisait à lui garantir une puissance qu’il ne savait encore mesurer pour l’instant. Ses lèvres s’étirèrent légèrement, découvrant ses dents blanches et bien positionnées, alors qu’un faible rire s’évada de son gosier.

* Kaoru Sukinoto… tu es exactement ce dont j’avais besoin. *

Kaoru, qui venait de le rejoindre sur le bordure de la route, sembla vouloir soudainement le dominer de toute sa hauteur pour lui rappeler certains points qu’il avait sans doute oublier dans sa précipitation, déposant une petite insistance sur le respect qui allait de soit avec son rang. Mais Yoshii lui en devait-il réellement ? Sans chercher à rétorquer quoi que ce soit, l’expert-comptable ferma les yeux et se pencha légèrement en avant, comme pour excuser de façon sourde – et donc non formelle- de son petit dérapage. Après tout, mieux valait ne pas se le mettre à dos des le début s’ils étaient contraints à se fréquenter régulièrement. Cependant, fidèle à ses habitudes, Yoshii ne pu s’empêcher de se redresser brusquement lorsqu’il l’entendit dire qu’il lui faudrait, au cas contraire, se transformer en une vulgaire « baby-sitter » pour lui tenir la main. Venait-il de le traiter de gosse récalcitrant ? Fronçant les sourcils, il leva le doigt pour rétorquer mais le chauffeur de taxi l’interrompit en leur demandant sur un ton inspirant une franche impatience s’ils comptaient, oui ou non, monter dans la voiture. Yoshii baissa alors le bras et se contenta de hocher légèrement la tête alors que Kaoru lui ouvrait la porte. Il ne se fit pas prier et grimpa dans la voiture, effleurant juste avant les doigts de l’ange du bout des siens, en murmurant un petit :


« Voyons, Sukinoto-san… Auriez-vous perdu votre sens de l’humour ? »

Ceci fait, et sans un merci, Yoshii claqua la porte derrière lui et attendit qu’il fasse le tour pour pouvoir annoncer au chauffeur l’adresse à laquelle il devait les déposer. Visiblement énervé par le long trajet que leur imposait les étranges personnes salissant sa banquette arrière, le chauffeur ronchonna quelques instants avant de démarrer et d’allumer la radio. Au moins étaient-ils certain qu’il ne les écouterait plus. Mais on n’était jamais assez prudent. Ainsi Yoshii préféra-t-il attendre d’arriver à destination pour poser toutes ces questions qui brûlaient ses lèvres à lui en faire mal. Il se décala pour s’appuyer contre la portière et observa les rues de Kimyoo défiler devant ses yeux considérablement assombries, en parallèle à ceux de Kaoru, qu’il voyait encore si bleus. Ces yeux aux couleurs de l’azure qui venait lui transmettre la volonté divine. Yoshii plissa les paupières. Oui, la volonté divine, il en était certain. Il avait en la présence de Kaoru un nouveau pouvoir, un nouveau pouvoir dont il ne connaissait certes pas les limites, mais qu’il serait exploiter à sa juste mesure. Même si cela détruisait son âme. Il les voyait déjà tous sombrer… ces misérables ! Il fallait qu’il épure sa vie.

Tout cela… oui, tout cela parce qu’il s’ennuyait.

Kaoru ne serait sûrement pas d’accord avec sa nouvelle vision de l’avenir qu’ils forgeraient à présent ensemble. Pourtant, Yoshii avait ce sentiment certain que, quoi qu’il faisait, rien n’y personne ne ferait partir cet ange très loin. Peut-être était-ce à cause de sa fierté… ou à cause du regard qu’il portait sur lui. Ses lèvres s’arquèrent brièvement en un sourire, illuminant son visage soudainement si sombre. Oui…

Kaoru Sukinoto était à lui.

Interrompu dans ses pensées par la reprise de parole de l’ange, Yoshii du se concentrer pour abolir de son visage toute trace de sourire. Il n’était pas temps de lui faire comprendre que ses intentions étaient toute autres que les siennes, bien que, vu le ton qu’il employait à présent, il devait déjà le soupçonner de quelque chose. Ricanant intérieurement en saisissant le sens de ses paroles, Yoshii tourna légèrement la tête, juste assez pour apercevoir le profil de Kaoru. Et il était persuadé qu’il le regardait à cet instant, malgré les mèches éparses de ses cheveux retombant sur ses yeux et cachant à l’humain la vive clarté de ses pupilles.


« Je suis tout à fait conscient que vous avez devant vous une vie bien plus longue que la mienne. Mais n’oubliez pas, Sukinoto-san… poursuivit-il en refusant d’adopter le ton de Kaoru qui l’appelait à présent par son prénom, que… j’ai moi-même bien des avantages qui sont mis à ma disposition. »

Yoshii avait dit tout cela dans un souffle frôlant le murmure alors que, lentement, il avait glissé le long du dossier pour s’approcher de Kaoru et achever ses derniers mots alors que ses lèvres caressaient presque l’oreille de l’ange.

« Maintenant… taisons-nous. Vous avez sûrement plein de choses à dire, et je veux bien vous croire si vous pensez qu’elles sont intéressantes. Mais nous sommes bientôt arrivés et je ne tiens pas à ce que quiconque nous entende parler de ceci… et vos yeux auront sûrement remarqué que l’attention du chauffeur a soudainement été éveillée. Vous croyez qu’il est homophobe ? »

Souriant de manière rieuse, plus naturellement que précédemment, Yoshii se redressa pour s’appuyer à nouveau contre la portière. Son regard resta cependant tourné vers Kaoru, qu’il observait du coin de l’œil, guettant la moindre des réactions de cet ange qu’il serait amené à fréquenter régulièrement. Du moins osait-il espérer qu’il comptait bien se trouver un appartement… Il semblait hors de question qu’il l’héberge chez lui.

Quelques minutes plus tard, le taxi freina lentement pour s’arrêter devant un gigantesque immeuble au coin d’un riche quartier de Kimyoo. Réglant la course sans prendre garde aux ronchonnements abusifs du chauffeur, Yoshii n’attendit pas un seul instant pour sortir de la voiture et regagner le perron de l’immeuble, invitant d’un regard l’ange à le suivre. Quelques tours de clé, mots de passe, et voyages en ascenseur plus tard, les deux hommes, ou plutôt l’homme et l’ange se retrouvaient au 7ème étage de l’immeuble, devant une porte au numéro bien singulier : 66.


« J’aimerai juste que vous enleviez vos chaussures une fois à l’intérieur… Il y en a d’intérieur contre le mur droit de l’entrée, vous n’aurez qu’à vous servir si vous voulez. » demanda-t-il en employant son ton calme de l’accoutumer.

Yoshii tourna ensuite la clé dans la serrure et poussa la porte d’un coup sec qui s’ouvrit sur un long couloir, couverts par-ci et par-là de prodigieux tableaux de peintre de la Renaissance et menant sur ce qui semblait être un salon. Invitant d’un signe du menton Kaoru à le suivre à l’intérieur, il retira ses chaussures et les disposa correctement sur un meuble prévu à cet effet. Puis il demanda de faible voix à l’ange de prendre soin de fermer le verrou et se dirigea vers la pièce au fond, passant sans plus y prendre aucune attention aux tableaux et diverses œuvres d’art qui animaient ce couloir aux murs blancs. Yoshii déposa ses clés sur une table basse vitrée, entourée de quelques bas-sièges noirs.


« Je vais préparer les cafés. J’ose espérer que vous aimez ; je n’ai que cela. En attendant… si vous me racontiez tout depuis le début ? » proposa-t-il en disparaissant dans une salle adjacente.



Citation :
[ Sujet terminé. Suite dans l'appartement de Yoshii Asano. ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Votre Faute ou la Mienne ? [Yoshii]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Quel est votre caractéristique préférée ?
» Le patronus de votre personnage
» Votre Opening One Piece préféré !
» Legolas:Mon arc est votre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† La ville de Kimyoo † :: Poubelle :: Anciens Rps-
Sauter vers: