Kimyoo… une ville remplie de mystère… que ferez-vous ou plutôt… comment réagirez-vous si un jour, une personne frappait à votre porte et vous annonçait qu’il était votre ange gardien ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sayuri ikeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sayuri Ikeda

avatar

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 33

» Informations
Âge: 24
Ange Gardien de: comme si ça existait...
Protégé[e] de: laisse tomber

MessageSujet: Sayuri ikeda   Ven 18 Fév - 11:36


HUMAINE
IKEDA SAYURI

CARTE D'IDENTITÉ


Votre avatar ou autre, pas plus de 180*400

    ♠ Nom :Ikeda
    ♠ Prénom :Sayuri
    ♠ Surnom :
    ♠ Sexe :
    ♠ Âge & Date de naissance : 24, 12/11
    ♠ Origines: japonaise
    ♠ Orientation sexuelle :hétéro
    ♠ Race :humaine
    ♠ État Civil : //
    ♠ Profession(s) : serveuse/danseuse

    ♠ Détails : a passé un contrat avec un démon.


ASPECT PHYSIQUE

[15 lignes minimum]

"Ils me désirent, elles me détestent et elles m'envient, elles aimeraient être "comme moi" mais elles ne savent rien, mon physique est ma malédiction, condamnée par ma propre faiblesse..."

Elle est dotée de ce genre de beauté que l'on peut qualifier d'irréelle et dans les faits ce n'est pas totalement faux, puisque la Sayuri d'aujourd'hui n'a plus grand chose à voir avec celle qu'elle était il y a encore quelques années. Sa silhouette semble sculptée de la façon la plus idéale qui soit, le regard glisse le long de ses courbes sans pouvoir déceler le moindre défaut, de sa poitrine généreuse à l'arrondi délicieux de ses hanches, en passant par sa taille fine. De longue jambes galbées qui se déplacent avec légèreté et une certaine grâce. Sa peau au teint d'ivoire, et à l'aspect si délicat donne l'impression d'émettre une lumière pâle diffuse un peu froide. Oui Sayuri est belle, elle attire les regards, d'envie, ou de jalousie, mais elle semble toujours être enveloppée d'une aura distante.
Les traits de son visage sont aussi finement ciselés que le reste de son apparence, un ovale parfait, des lèvres tendres et pleines qui hélas ne savent plus offrir de sourire heureux et sincère, et un regard... magnétique. Envoûtant serait probablement le mot le plus juste pour les décrire, deux grandes flaques d'un bleu pâle aux reflets changeants. Ils paraissent immenses lorsqu'ils sont agrandis par la surprise ou la peur, mais quelque soit l'émotion qui se reflète en eux, il demeure toujours une ombre, un genre de tristesse profonde, et de résignation. Le tout est encadré par une longue cascade soyeuse de cheveux d'un brun sombre presque noir.
Mais toute cette beauté semble souvent un peu trop figée, trop immuable pour être honnête, car quoiqu'elle fasse, les cicatrices ou ecchymoses disparaissent invariablement une fois guérie, quoiqu'elle mange, boive, ou fume, sa ligne, son teint rien ne bouge. Pourtant à l'intérieur son organisme subit normalement les effets et les dommages qu'elle peut s'infliger quand elle n'en peut plus. Ainsi Sayuri ne fait absolument rien de spécial pour être telle qu'elle est, à dire vrai si elle le pouvait elle aimerait s'enlaidir.
Ce qu'elle essaie de faire plus ou moins, à l'aide de ses vêtements quotidiens, la journée Sayuri ne porte rien dans le but de se mettre en valeur, mais même malgré les pulls un peu amples, les tee-shirts larges et un manque visible de féminité elle ne parvient pas à s'effacer complètement. Cependant, lorsque vient le soir, derrière les portes de ce bar un peu miteux mais plutôt fréquenté. Quand son corps devient à peu de chose près son outil de travail, elle n'a d'autre choix que de s'exhiber dans des tenues relativement affriolantes révélant son potentiel, bien que toujours dans des teintes sombres.



ASPECT PSYCHOLOGIQUE

[15 lignes minimum]

".. trop faible pour dire non, ce que que je suis me répugne, ne voyez-vous donc pas à quel point je suis laide en réalité? Mais il est trop tard, ce qui est fait, ne peut être défait, il ne me reste que des regrets ...."

Fataliste, pessimiste aussi, Sayuri ne voit que ce qui est sombre dans ce monde, il faut dire qu'elle ne côtoie pas le milieu le plus reluisant de la société. Les vices elle ne voit que ça à longueur de temps, alcool, drogue, sexe, mensonges, argent, violence, jalousie, et la liste est encore longue. C'est une jeune femme désabusée, qui n'attend plus grand chose des autres et de la vie en général, pourtant elle est incapable de songer à y mettre un terme sans vraiment savoir pourquoi. Solitaire elle ne cherche pas le contact mais elle n'est pas non plus capable de le fuir complètement, dans le fond elle ne supporterais pas une solitude totale. C'est la raison pour laquelle elle fait ce travail, comme ça elle est entoure de monde, mais sans jamais en être trop proche, c'est pourquoi elle se drape presque inconsciemment de cet air à demi inaccessible, dressant une bulle entre elle et les autres. En vérité elle se déteste elle-même encore plus qu'elle ne déteste le reste du monde, elle se trouve faible et stupide, et lorsqu'elle croise son reflet "parfait" dans un miroir, elle se voit telle qu'elle est à l'intérieur, noire et hideuse. Il n'y a pas un jour où elle ne regrette pas ce qu'elle a fait, mais c'est trop tard maintenant pour envisager de se racheter, alors sans même s'en rendre totalement compte, elle se punit continuellement en s'interdisant d'essayer d'être heureuse. Sayuri vit piégée dans un corps qu'elle porte comme un fardeau, et enfermée dans ses remords.
Cynique et sarcastique à ses heures, il n'est pas rare que ses remarques ou réflexions choquent ceux qui les entendent, car malgré tout elle n'est pas du genre à avoir sa langue dans sa poche ou à se laisser marcher de trop sur les pieds. Sayuri n'est pas une gentille fille, de toute façon puisqu'elle a déjà vendu son âme quelle importance de bien se conduire. Elle n'est pas du genre à rendre service, elle n'aime pas écouter les gens raconter leur vie ou encore pire se plaindre pour des petites choses insignifiantes de la vie de tous les jours. Elle a l'air d'une personne forte, qui peut se passer des autres et de leur affection, on pourrait penser qu'elle à appris à ignorer et à se détacher du regard ou du jugement de ses semblables, et pourtant il n'en est rien. Elle a conscience de ce qui se dit dans son dos, quand les autres filles qui travaillent au bar parlent d'elle, elle souffre de se sentir détestée et mise à l'écart alors que tout ce qu'elle avait souhaité au départ c'était justement de sortir de ce genre de situation. Mais de toute façon c'est bien tout ce qu'elle mérite et ses filles n'ont probablement pas tort.
Sayuri n'a pas de loisir, elle n'a rien qui la passionne, rien dans quoi se retrancher pour penser à autre chose, pour la simple raison que cela rentre dans sa démarche d'auto-punition. Alors forcément quand on s'obstine à ne pas vouloir s'accorder de moment de répit, on ne peut pas tenir. Et de temps en temps et bien elle craque, seule toujours elle va se goinfrer dans un fast-food jusqu'à s'en rendre malade, s'enivrer jusqu'à atteindre les portes de l'inconscience, et les possibilités sont diverses et variées pour se lancer dans une crise auto-destructrice, qu'elle n'arrive jamais à mener à terme.


BIOGRAPHIE

[25 lignes minimum]

"je vis dans mon cauchemar sans espoir de réveil, pas de conte de fée pour les vilaines sorcières, il ne me reste plus qu'à empoisonner les princesses et ensorceler les princes. Jusqu'à ce que la dernière page soit tournée..."

Il y a ceux qui ont ce petit quelque chose qui attire immanquablement les autres vers eux, et il y a leur contraire, d'aussi loin qu'elle se souvienne Sayuri n'a jamais réussi à être admise ou acceptée par ses semblables. Peut-importe les efforts qu'elle pouvait faire pour essayer de s'intégrer, il y avait toujours cette espèce d'incompatibilité entre elle et les autres enfants. Même aujourd'hui lorsqu'il lui arrive d'y repenser elle en comprend pas ce qu'elle pouvait avoir de si différent qui justifie de faire d'elle le mouton noir du troupeau. Enfin en dehors du fait qu'à cette époque Sayuri n'était pas gâtée par la nature, mais alors pas du tout, plutôt petite, boulotte, très myope, si les adultes sont hypocrites, les enfants eux sont cruels, et on devine facilement les moqueries incessantes qui ont meurtri la petite fille qu'elle était.

En réalité ça se s'arrêta jamais, primaire, collège début du lycée, pas de répit pour elle, les brimades allaient même en augmentant au fils des ans. Elle avait essayé de trouver de l'aide auprès des adultes, mais ils l'avaient déçu, toujours ces paroles toutes faîtes, du genre, "fais des efforts", "ce n'est pas vraiment méchant", "ignore les, ils se lasseront", "il faut que tu apprennes à te débrouiller seule"...etc. Ses parents ne furent pas plus utiles, pas plus que sa sœur, à dire vrai sa mère avait même l'art d'enfoncer le clou en lui faisant des remarques sur un ton un peu désespéré. Apparemment être bonne élève et enfant quasi modèle ne suffisait pas à la satisfaire, elle avait du s'imaginer une petite fille jolie qu'elle pourrait habiller comme une poupée, et avec qui faire les boutiques. Sauf que toutes ces choses Sayuri les déteste, tout ce qui touche à son apparence la révulse, elle évite les miroirs, longe les murs, se cache plus qu'elle ne s'habille. Elle aimerait qu'à défaut d'essayer de l'apprécier on l'ignore, qu'on la laisse tranquille, mais peine perdue...

Au fil des ans dans son cœur grandissait un certaine colère, de la jalousie aussi envers ceux pour qui la vie semblait si facile et heureuse, pour ces filles si populaires, apparemment admirées par leurs amies, et adulées par les garçons. Parce qu'injustement certaines paraissent tout avoir, elles sont jolies, pas si idiotes que ça, sportives pour couronner le tout. Elle les déteste toutes ces filles si "parfaites" que tout le monde adore, et elle hait d'autant plus ces débiles de garçons qui leur court après, qui la regarde en riant et s'acharnent à lui pourrir l'existence. En y repensant pas surprenant qu'il soit venu à elle vu les sombres sentiments qu'elle nourrissait...

Depuis combien de temps est-ce qu'elle se tenait là, immobile à fixer le vide qui s'étend par delà la barrière grillagée du toit à deux pas de la pointe de ses pieds. C'est ici qu'elle vient quand les journées sont plus dures et qu'elle se sent aux portes de la rupture, mais jamais elle ne parvient à franchir ces deux pas, à escalader la clôture et à expérimenter les effets de la gravité. A cette heure il n'y a plus grand monde dans le lycée, et elle devrait bientôt rentrer chez elle aussi avant la fermeture des grilles. Un dernier soupir résigné, un geste des sa manche pour essuyer les dernières larmes et elle s'apprêtait à tourner les talons. C'est alors qu'il se montra, comme sortit de l'ombre, la suite fut une discussion étrange, perturbante, ses mots s'enfonçaient en elle profondément, une histoire absurde digne d'un film. Elle pensa d'abord instinctivement à une mauvaise blague, incrédule mais néanmoins sans qu'elle ne s'en rende compte la tentation s'était déjà insinuée en elle alors qu'il lui proposait de changer sa vie, d'exaucer ses désirs les plus chers. Sayuri était faible, fragilisée, vulnérable, mais pas totalement stupide, si tant est qu'il puisse vraiment tenir parole, tout cela devait avoir un prix. Il était repartit comme il était venu pour lui laisser le loisir de réfléchir à sa proposition.

Ce qu'elle fit, jour et nuit, ces paroles tournaient en boucle dans sa tête empoisonnant son esprit, ça paraissait si simple, il lui en coûterait son âme... Mais était-ce vraiment si cher payé? Au fond on finit tous par mourir, et sans avoir aucune certitude quand à un éventuel laisser-passer pour un hypothétique paradis. Il lui fallu des semaines pour finir par céder, et finalement vendre son âme en échange de son apparence actuelle, elle aurait pu demander plus, de l'argent, de la réussite, de la chance, mais un contrat avec un démon c'est un peu comme un crédit auprès d'une banque, plus on emprunte plus il faut rembourser... Et comme elle pensait naïvement qu'une fois changée en créature de rêve tout serait plus facile elle n'exigea rien d'autre. En échange il viendra chercher son dû un jour, mais Sayuri à encore de longues années devant elle d'ici là.

S'ensuivit une période vague et trouble son corps changeant un peu plus chaque jour alors que la "magie" faisait son œuvre, et ce fut douloureux, physiquement, ça le démon ne lui avait pas dit.. Peu importe quelques souffrances le plus difficile était de se faire à ses modifications radicales, alors qu'étrangement les gens ne semblaient pas avoir conscience de la métamorphose, comme si elle avait toujours été comme ça... Jusqu'au moment ou il ne resta plus rien de l'ancienne Sayuri. Les premiers temps furent étrangement heureux, un peu effrayant aussi mais elle ne s'était jamais senti aussi bien dans sa peau, prenant peu à peu une confiance nouvelle se repaissant des regards et des compliments, dont elle était affamée. Tout ça aurait pu être parfait, on pourrait caser un "tout est presque bien qui finit bien".

Mais son désir de revanche et sa colère à l'égard des autres étaient toujours présents, l'envie profonde de briser ceux qui l'avaient détruite tous ces années, de leur pourrir la vie, la rongeait littéralement. Être "comme" les autres ne lui suffisait pas dans son orgueil soudain elle se voyait bien au dessus d'eux, un genre de héros qui se fait justice. Dans son aveuglement elle devint vite l'image même de la garce, brisant des couples, jouant avec les éventuels sentiments des garçons, les piétinant avec un sentiment de puissance et de victoire. Avant même de le réaliser pleinement elle était devenue pire que les imbéciles qui se moquaient d'elle avant. Jusqu'à ce qu'elle se retrouve de nouveau seule, mise à l'écart par tous, dès qu'elle entrait quelque part les discussions s'arrêtaient pour laisser place à des murmures désobligeants. Ses "camarades" l'évitaient soigneusement, dans leurs yeux elle ne voyait que méfiance, dégout, colère, ou parfois de l'envie chez certain de plus en plus rares.

Bientôt tout ça ne l'amusa plus, mais alors plus du tout, au final elle était de retour à la case départ, et c'était peut-être même pire. Au fond ce qui se disait dans son dos, était probablement vrai, de tous c'était peut-être elle la pire. Le lycée s'acheva laissant une amertume profonde dans son cœur, elle avait même réussi à se brouiller avec sa famille. Avec tout ça, elle n'avait même pas pris le temps de se pencher sur qu'elle comptait faire de sa vie. Elle entra à l'université, parce qu'elle était assez intelligente pour réussir le concours, mais les trois années qu'elle y passa ne lui apportèrent aucun soulagement. Sa vie sentimentale uns catastrophe, elle ne parvenait pas non plus à se faire d'amis, il finissait toujours par se produire un incident. Elle finit par quitter la fac, et se retrouva à accepter ce poste de serveuse, pas trop dur pour elle de se faire engagée, même si techniquement elle n'avait aucune expérience. Elle appris à déambuler entre les tables et les clients avec un plateau chargé, à se trémousser sur un podium de fortune et à subir tous les petits désagréments liés à une clientèle masculine éméchée.

Pour Sayuri tous les jours se ressemble, elle attend juste que tout ça se passe, la vilaine sorcière enfermée dans sa tour peut-être un jour viendra-t-on la sortir la réveiller comme dans un conte des frères Grimm...

VOUS
DERRIÈRE L'ÉCRAN

♠ Prénom : =p
♠ Âge : =)
♠ Serez vous actif ? 5/10 max je pense
♠ Comment avez-vous connu le forum ? multi ^^

♠ Avez-vous quelque chose à ajouter ?~ code validé par dieu ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira & Ryû Godaï

avatar

Féminin Nombre de messages : 70
Age : 25

» Informations
Âge: 24 ans
Ange Gardien de: Ryû
Protégé[e] de: Akira

MessageSujet: Re: Sayuri ikeda   Ven 18 Fév - 13:34

re bienvenue a toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://michiyo-art.jimdo.com/
Sayuri Ikeda

avatar

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 33

» Informations
Âge: 24
Ange Gardien de: comme si ça existait...
Protégé[e] de: laisse tomber

MessageSujet: Re: Sayuri ikeda   Ven 18 Fév - 13:39

re-merci à toi XD !!

vilain démon =p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dieu
† Admin †
avatar

Nombre de messages : 534

» Informations
Âge:
Ange Gardien de:
Protégé[e] de:

MessageSujet: Re: Sayuri ikeda   Sam 19 Fév - 4:51

bienvenue par ici !

fiche en ordre bon jeu =)!

_________________
Des yeux qui voient tout...
Qui ne dorment jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kimyoo.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sayuri ikeda   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sayuri ikeda
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ikeda Kaede
» Shiki Ikeda {OK}
» Ikeda Kaede and Seo Takeo
» Soburin Ikeda ? « hear the dragon's rage » (terminée)
» Le pianiste et le chat [PV Sora Ikeda]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† La ville de Kimyoo † :: - Titulus - :: Charta :: ♠ Humains :: ♠ Fiches validées-
Sauter vers: